Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07 janvier 2011

Entrer au Couvent

 

[Mercredi 5 janvier]

 

Malgré le nom de ce restaurant, on y est entré plus volontiers qu'on en est ressorti, sous une pluie battante, sans parapluie, avec des chaussures à la semelle trouée. Ou comment devenir d'une humeur de gremlins aux Gobelins. J'ai néanmoins été un gentil mogwai toute la soirée. Normal, on mange et en bonne compagnie. Pensez donc, mon voisin d'en face m'a fait goûter ses gnocchis au roquefort – raison pour laquelle il est impératif que Paris-Carnet se déroule de nouveau dans ce lieu- après que nous ayons ensemble longuement hésité sur la carte pourtant pas très longue.

Juste avant de venir, j'avais lu à la fac dans Books un article sur The Art of choosing, l'auteur émettant l'hypothèse que si le choix est toujours préférable au non-choix, un choix restreint le serait également à de plus nombreuses options. Cela s'est vérifié le soir même pour la réservation d'un hôtel londonien (au choix-ou pas- minuscule, bruyant, dans le « grand Londres », loin de tout transport en commun, hors de prix, dirigé par des incapables, des mal-aimables, des incapables mal-aimables ou des mal-aimables incapables ; d'où 'la nuit porte conseil' et on se pieute sans avoir arrêté de décision) mais je ne suis pas certaine que cela fonctionne tout à fait pour la nourriture - pour moi (ou alors avec un choix très restreint qui, pour le menu du réveillon, s'est résolu de la manière suivante : je n'aime pas les petits oiseaux et les champignons ne m'aiment pas, donc je prends la dorade).

Autre point commun au menu : mon voisin a également élevé au rang d'obsession artistique une de mes lubies, celle des « détails bizarres » dixit Palpatine, adepte du panoramique. Du coup, on s'est mis à faire une partie de pierre-caillou-ciseaux photographique, rayures et autres figures abstraites contre ombres et reflets, avec un ex-aequo sur la photo des lampes du self du Barbican face à un même type d'accumulation, mais de caisses de vin cette fois-ci. C'est qu'y a à boire et à manger à Paris-Carnet.

27 décembre 2010

Eclats d'un Noël calfeutré

Nous avons bien failli ne pas arriver chez ma grand-mère. Des routes parfaitement dégagées débouchaient subitement, avec la netteté d'un découpage administratif, sur des portions de congères. Sous les phares, le vent balayait la neige à la façon du sable dans le désert. Pas moins de sept voitures dans le fossé. Grâce soit rendue aux pneus neige.

 

C'est ma cousine qui ouvre le bal du safari photo en shootant la star de la soirée, la fourchette le Père Noël. Cela faisait longtemps que nous ne nous étions pas retrouvées - à entretenir cette connivence que les dîners engloutissent parfois dans la nourriture et les conversation générales et indistinctes. 

 


Ces verres en cristal, aussi immuables que le foie gras au menu.

 


Noël bourgeois avec collier de perle au sapin.

 

De l'art de faire salon sans faire son rabat-joie en ce jour de Noël.

 


Bottes cavalières ou chaussons, chaque soeur a sa technique contre le froid.

 

De main à main.

 

 

Géométrie de soirée.

 

 

Les photographies encadrées ont vielli mais nous sommes toujours les enfants (à défaut d'être des enfants ?).

 

 

Entre carafe orientale et la jelly mit champagne de Country Cousin.

 

 

Pour se dégriser, un petit tour dans la cuisine, calme à présent que le repas est terminé et que ronronne le lave-vaisselle. J'y retrouve, plus que dans le sapin rapetissé depuis que j'ai grandi, l'ambiance d'attente nocturne dans laquelle nous baignions jusqu'au moment d'aller nous coucher, lorsque les cadeaux se découvraient au petit matin au pied du sapin. Je serais le Père Noël que je passerais  exactement ainsi dans la pénombre de la cuisine :

 

23 décembre 2010

Reconstitution sonore

 

Au pied du lit, l'eau coule, régulièrement d'abord puis avec des modulations, selon les parties du corps qu'elle rencontre et dont l'énumération constituerait un blason prosaïque du pommeau de douche. Quelques sons brièvement jetés, le gant de toilette est rincé.

Les draps se froissent sous mes jambes qui s'étirent tandis que des grincements proviennent, étrangement proche, de la cage d'escalier, ponctués d'un choc à chaque palier. Pour un peu, j'aurais l'impression de dormir dehors.

Le gond d'une porte cède. Les bruits se déplacent, je les suis dans l'appartement.

Le ronronnement du micro-onde dure quelques minutes et se termine par une sonnerie. Quelques minutes plus tard, la sonnerie se répète deux fois, rappel à l'ordre, le bol est toujours à l'intérieur. Un temps encore, le frottement de pas traînés et un déclic suivi d'un clac annoncent sa libération.

Plainte étouffée du cuir qui se remet du choc du corps qui s'y est laissé tomber et roulement du fauteuil.

L'intervalle entre les bruits trahit l'engourdissement du sommeil à peine révoqué, des forces qu'il faut chaque jour rassembler et ranimer, des gestes lents auxquels il a fallu, chaque fois, un temps pour se résoudre. Pause ensommeillée. Un tintement, bientôt raclement, métallique fait savoir que la cuillère tourne rond dans le bol. Une main froisse un sachet plastique, à la recherche d'un pain au lait pour accompagner le chocolat chaud.

Il est temps que je me lève pour aller moi aussi petit-déjeuner.

18 décembre 2010

Casse-Noisette

Arrivée au théâtre depuis la gare sans m'être cassé la figure sur les trottoirs glissants, je peste néanmoins contre ce temps de merde. - Mais non, pas un temps de merde, me corrige le mari de ma prof de danse : le temps rêvé pour danser Casse-Noisette.

Même si le froid ne facilitait pas l'échauffement et la sortie de la répétition générale s'est avérée assez épique - avec, dans le rôle du chevalier servant, notre photographe savoyard sachant conduire sur le verglas- c'est avec plaisir que j'ai floconné, arabisé et fleuri.

 

Photobucket

 

Une arabesque complément ouverte, je sais, mais croyez-moi, c'est toujours mieux que des piétinés sur pointes molles, en dedans et décroisés à cause de cuisses-jambonneau. Les six mois sans barre se font sentir, je n'ai plus de répondant dans les jambes, ça manque de nervosité. Mais j'avais une tiare , ferait remarquer Pink Lady.

 

Photobucket

Autant je lutte dans les flocons, autant dans la danse arabe, je suis chez moi.
Mode *J'occupe la scène, regardez-moi*

 

Photobucket

Je me gargarise si je veux.

 

Photobucket

Photobucket

 

Dos au public, je vois la drôle de tête de Clara et Casse-Noisette et je me dis que la sensation de relâchement que j'ai ne doit pas être qu'une impression : mon haut s'est dégrafé. Je me suis instamment déclarée pour le port du voile. 

Malgré les débuts de strip-teaseuse qu'il m'a involontairement fait faire, j'adore ce costume : violet, bustier court façon la Bayadère (s'il y a bien un costume qui me fait rêver, remisez les tutus, c'est celui-là), et pantalon bouffant qui fait croire que les cuisses sont du même acabit que le ventre. Et on respire vachement mieux que dans le tu-tu te'ment ser-ré qu'on se d'mande comment 'va pouvoir danser 'vec alors qu'on asphy-xie déjà au repos.

 

Photobucket

Je vous salue Clara pleine de grâce.

 

Il n'y a que des photos de moi, c'est bien observé : d'une part,  ces photos ne sont pas les miennes  et il revient à chacun d'autoriser les photos qu'il veut bien voir publiées (en plus du photographe, n'oublions pas les modèles, ici quasiment tous mineurs) et d'autre part, c'est un comportement typique de tout danseur (amateur, du moins) de se chercher en priorité dans les enregistrements des spectacles et, une fois qu'il s'est trouvé, de chercher tous les défauts qui lui feront écarter les trois-quarts des photos (qui font encore moins de cadeau que les vidéos), au grand désespoir du photographe qui, lui, était ravi par l'effet du tissu ondulant et n'avait pas prêté attention au pied pas tendu, à la jambe en dedans ou au bras raide façon salut hitlérien. Comme dit mon médecin : les danseuses sont des chieuses ; pas parce qu'elle sont chiantes, hein, parce qu'elles sont exiiiigeantes, perfectionnistes... Nul besoin de s'arracher les cheveux, de toutes façons, j'ai un postiche :

 

Photobucket

En coulisse, il y a eu l'odeur de la laque, la pose des perruques, le maquillage où il n'y a pas à craindre d'avoir la main lourde, les pleurs des lentilles qu'il m'a fallu un bon quart d'heure à mettre, la métamorphose de la prof en vieille dame à coups de crayon pour les rides et de blanc dans les cheveux, la moustache à fixer sur la lèvre de la danseuse qui faisait le père (un rôle de travesti que je n'ai pas endossé, c'est assez rare pour être souligné - on n'est pas grande pour rien), la maman de la prof qui finissait de baguer les tutus et de coudre les juponnages des fleurs, la boîte de biscuits Delacre et la redécouverte des Délichocs, les changements rapides, les petites souris qui ont toujours envie d'aller faire pipi quand ce n'est plus le moment, les mouvements pour se garder chaud et s'étirer, les sautillés pour accélérer le rythme cardiaque et se libérer le tract, le retour de la musique en loge et surtout, surtout, derrière les pendrillons de velours noir, entre admiration et cohésion chaleureuse, l'enthousiasme de ceux qui attendent leur entrée pour ceux qui sont sur scène, l'interminable équilibre arabesque de la fée Dragée, le beau développé tenu d'une fleur, ou celui de T. qui boitait encore il y a trois semaine, bah ça va, on s'emmerde pas, qu'on souffle en souriant de l'aisance de nos jeunes solistes.