Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juin 2017

Let there dance light

Conceal | Reveal, Russell Maliphant au théâtre de Sceaux, les 12, 13 et 14 mai. J'avais noté les dates dans mon agenda, mais pas pris de place. En réservant un voyage pour Rome ce week-end, là, j'avais mentalement fait une croix sur la seule date qui restait.

Vendredi à 18h, j'ai eu envie de me retrouver dans le noir, dans l'avant d'une salle de spectacle. J'ai passé un coup de fil à Mum, partante, et j'ai pris deux places, au deuxième rang qui s'est révélé être le premier, le premier n'étant pas attribué.

Debout dans la salle. Tiens, je le connais lui. Danseur. Opéra. Adieux. Étoile. Nicolas. Nicolas Le Riche. Le temps que mon cerveau opère la reconnaissance, je l'ai regardé une demi-seconde de trop - je l'ai fixé. Quelques minutes plus tard, il se faufile devant nous. Je n'échangerai pas une parole avec lui, fixé sur son téléphone comme un substitut de Palpatine, mais un sympathique regard d'enthousiasme avec Clairemarie Osta : le programme est une vraie gourmandise.

Russell Maliphant chorégraphie sans esbroufe. Il n'a pas l'écho médiatique d'un Preljocaj, mais ses spectacles me marquent davantage, je crois. Ils infusent, plus secrètement.

Peu importe le style et la technique de ses interprètes, il poursuit le même geste, celui qui surgit dans l'ombre et disparaît dans la lumière. Aspirés dans une même spirale contemporaine, le hip-hop hypnotique d'Afterlight, le ballet athlétique de Spiral Twist. Les danseurs invités le sont réellement, tout à la fois mis en valeur et intégrés à la compagnie, quoique celle-ci danse toujours seule.

Dana Fouras, dont l'ombre démultipliée-démesurée peuple la scène tout juste éclairée, a quelque chose d'amateur dans le corps. Et pourtant, et partant, elle accroche étonnamment l'empathie. L'équivalent artistique d'une femme plus séduisante qu'une autre plus belle. << both, and >> La comparaison avec Déesses et démones reflue sitôt qu'elle affleure. Il n'est pas question ici de surface mais de peau.

Mum le confirmera après Two x Three : elle a quelque chose que ses compagnes n'ont pas. Une espèce de sérénité dans le mouvement - toujours dans l’œil du cyclone, peu importe la force de celui-ci. Les deux danseuses qui l'accompagnent ont une énergie différente, plus immédiate, qui se remarque moins, sauf à se faire guerrière (j'embraye immédiatement, c'est la mienne).

Lucia Lacarra est assise en boots dans les coulisses. Son regard sur la scène est aussi beau que ce qui s'y passe, quand elle regarde et quand elle danse. Je ne sais pas quel âge elle peut avoir. Son corps n'est plus qu'un long ligament et ce frêle condensé de force et de fragilité la rend incroyablement belle. Marlon Dino, dans la force de l'âge et de la virilité, la soulève et la manipule comme quelque chose de prosaïque et précieux. Spiral Twist. Leurs corps surentraînés disparaissent dans le mouvement, y renaissent en tant que corps sensibles, vacillants. Je suis si près que je vois la laque, l'épaisseur du maquillage, les tendons muscles articulations, le duvet sur les bras, la chair de poule, presque, tout à fait pour moi (cannibale de toute cette vie en suspens, de toute (cette) beauté).

En suspens reste Afterlight. Cela tourne au ralenti comme le souvenir d'une boule de neige dans son éternel tournoiement. Je découvre avoir déjà vu cette pièce, à Chaillot. Mais la proximité change tout, me dérobe les rosaces de lumière au sol et me donne leur lumière lunaire. À la fin de la pièce, Nicolas Le Riche lance les bravo que je n'ose pas crier. Douce satisfaction précédant celle du basilic qui emplit la bouche dans la fin du sandwich tomates-mozzarella.

Two x Three me rappelle, probablement à dessein, la pièce via laquelle j'ai découvert le chorégraphe : Two, un solo de Sylvie Guillem. Même jeux avec les frontières de l'ombre, mêmes bras qui écrivent (dessinent, tracent, gravent) le mouvement dans la lumière, bras katana, calligraphie de la persistance rétinienne.

Russell Maliphant danse la dernière pièce (Piece No. 43) avec ses danseurs, dans des rectangles de lumière qui les font apparaître et disparaître comme les agents spéciaux se téléportent dans les films de science-fiction. Transportant au loin, ramenant de loin, une lumière qui est toujours ailleurs. Sur scène, ce soir-là. Soirée courte, trop courte, mais dont la durée s'étend, s'éternise encore un peu plus dans le souvenir.

Commentaires

Je suis tellement d'accord avec tout ce que tu dis de Maliphant, qui est pour moi LE chorégraphe de notre temps - si peu médiatisé en effet, mais tellement tellement plus profond que celui que tu cites en comparaison. je trouve que c'est l'un des seuls qui a vraiment quelque chose à dire sur le mouvement (on peut avoir qqch à dire sur d'autres choses, hein). et j'ai fait la mm expérience que toi que Afterlight :)

Écrit par : alena | 22 juin 2017

Écrire un commentaire