Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 février 2017

Rock'n'roll (not)

Dans la catégorie de l'artiste qui se débat avec le statut de has been, Le Come-back était infiniment plus réussi que Rock'n'roll, qui devient rapidement lourdingue. C'est dommage, parce que si la comédie manque de rythme (les frasques ratées du personnage le sont aussi un peu par le réalisateur), la parodie est délicieuse. Le moins que l'on puisse dire, c'est que le binôme Canet-Cotillard ne manque pas d'auto-dérision. "Elle ne se déplace pas s'il n'y a pas d'accent ou de handicap" prévient le mari de la môme oscarisée, qui se sert de ses Césars comme pieds de table basse. L'actrice est pire que ses détracteurs dans le Cotillard-bashing : "j'aurais tellement voulu ce rôle de bègue", pleurniche-t-elle outrancièrement. Rôle de bègue attribué à Léa Seydoux*. Juste. La. Fin. Du. Monde. Cette scène rachète à elle seule les longueurs-lourdeurs de tout le film… qui, aussi gonflé que son personnage, finit en parodie à l'alcool à brûler. À côté, Hot shots est du premier degré. Cours, Marion, cours** ! (Guillaume Canet la remercie, au générique, de sa confiance, de sa générosité… et de sa folie. Je ne la voyais pas comme ça, mais oh que oui !)

Pour résumer : en .gif, ce sera parfait.


* Sorry Palpatine : contrairement à Johnny Halliday qui allume le feu… à l'allume-feu, Léa ne fait pas de caméo.
** Mini-chemise à motif écossais : clin d’œil à ses débuts dans Highlander ?

11 février 2017

L'amer en partage

"Ça commence par un décès et c'est le truc le moins triste du film." G. avait prévenu que Manchester by the Sea pouvait plomber l'ambiance.

J'ai été surprise, du coup, de faire la rencontre de Lee Chandler à travers des vignettes presque humoristiques où on le voit subir en gardien-plombier mutique les plaintes, la drague et les remontrance des propriétaires. Surprise de courte durée : le film se met bientôt au diapason de ses airs maussades. L'impassibilité, d'abord perçue du point de vue de l'étranger (qui la lui reproche), devient une compagne. On ne la comprend pas, mais on l'accepte, on la suit, elle interroge vaguement : d'où vient l'apathie de celui qu'on désigne comme "Lee Chandler, the Lee Chandler" ? Ce n'est pas là un homme de peu de mots, sage ou bourru ; pas non plus un mec mollasson, même s'il a l'air stone à jeun. Impossible de savoir s'il encaisse ou s'il ne ressent rien : il renâcle mais s'occupe du neveu dont il se retrouve par la force des choses tuteur. Et c'est encore ce qui définit le mieux son mode d'être : tuteur, il tient. À remonter son histoire, on se dit que c'est déjà beaucoup. Lorsqu'elle le recroise, son ex-femme a ces mots : there'll always be something broken inside me. Chez Lee, ce n'est pas inside, c'est lui : il est cassé. Pas rongé par le chagrin ou la culpabilité : cassé, sans possibilité de réparation (ironie pour celui qui passe son temps à réparer les installations des autres), sans simulacre possible. La vie continue, et il ne s'y soustrait pas, mais elle continue sans lui. Il n'est plus que le témoin de celle des autres, dans la mesure de ses forces.

Reste une inconnue : Casey Affleck est-il excellent acteur… ou mono-expressif comme son frère ? Question qui n'attend pas de réponse lorsqu'un réalisateur en fait bon usage, comme c'est le cas de Kenneth Lonergan.

"Manchester by the Sea offre à Casey Affleck un nouveau grand rôle d'être absent. […] D'un film à l'autre, c'est une manière de ruminer sous sa carcasse de chien battu un même mélange de fatalisme et de résignation, comme s'il s'agissait de montrer à chaque plan que la vie avait pour lui cessé de faire sens depuis longtemps. Un acier idéal pour forger le tempérament renfrogné de ce quidam démoli par le chagrin, qui ne rêve plus de rien mais auquel le film, doux et patient comme un soleil d'hiver, offre une discrète mais bouleversante chance de renaissance."

Louis Blanchot dans Trois couleurs

Encore qu'une renaissance soit un bien grand mot. Si ça va, c'est de mal en pis : l'éclaircie n'apparaît qu'en regard d'un passé de plus en plus sombre à mesure qu'il se révèle. Mais il y a de cela, au sein de son malheur sans rémission : une respiration. C'est si beau et si triste que cela donne envie d'être heureux, tant qu'il en est encore temps.

06 février 2017

Veuve de

Jackie n'est pas la petite histoire qui ferait pendant à la grande. À vrai dire, le film ne raconte aucune histoire. S'il est situé après l'assassinat de John Kennedy, c'est comme en un lieu, un non-lieu où l'on erre en compagnie de sa veuve, qui tente de se (dé)dire en flash-back à un journaliste. Chroniquette garantie sans spoiler, pour la simple et bonne raison qu'il n'y a rien à spoiler.

Avantage de la non-histoire : pas de relecture grandiloquente, pas de voyeurisme. Vous vous attendiez à ce que je pleure ? nous apostrophe Jackie-Natalie. Le journaliste de répondre que non, sa crainte n'était pas les larmes mais l'hagiographie, là aussi évitée. Il n'est pour ainsi dire pas question du président ou plutôt il n'est question que de cela : sa fonction, comme vidée à la petite cuillère de toute incarnation (la scène où elle est le plus incarnée est paradoxalement celle où il vient de perdre la vie). Alors qu'en adoptant le point de vue de sa veuve, on s'attendait à quelque chose d'un peu intime, où l'Histoire ferait loupe sur les sentiments humains trop humains du deuil, il n'est question que de ce qu'il convient ou non de faire pour sa mémoire, son enterrement et, au second plan, la passation de pouvoir… sans pour autant qu'il soit jamais vraiment question de politique. Il n'est question de : rien. Le prêtre auquel se confie-confronte Jackie coupe court à tout désir d'épiphanie : il n'y a pas de réponse. 42. On le découvre tôt ou tard : soit on se tue, soit on l'accepte et on continue de vivre. Pablo Larrain continue de réaliser. Mais il a si bien fait le deuil de la réponse qu'il ne pose pas même de question.

Du coup, une heure quarante, c'est un peu long. Malgré le tailleur rose et sang de Jackie, le film languit dans une sorte de ouate blanche. On erre dans la maison blanche, blanche, blanche comme la stupeur et l'hébétement. Il ne se passe rien (tout s'est déjà passé) : c'est là la pertinence du film… et sa grande faiblesse. Les images se succèdent, sans plus de pulsation, à l'image (oui) de la vie brisée de Jackie, qui va de l'avant pour n'aller nulle part. Il n'y a plus que Natalie Portman à l'écran, sa bouche qui hésite à se tordre, son sourcil qui se lève, ses yeux rougis et ses bras maigres, bizarrement tenus, contraints à être ballants, comme si l'actrice était prise dans le corps de celle qu'elle est tenue d'incarner. Sa parole, elle aussi, est dans tous les sens du terme empruntée**, et dans cette opération d'aliénation, je finis par ne plus voir que la coupe de cheveux monstrueuse de l'ex-première dame : Mars Attacks! à la maison blanche.

* Les seules scènes mordantes sont celles de l'interview, comme par hasard sur-représentées dans la bande-annonce.
** Les scènes du documentaire pour la TV en deviennent un brin crispantes…

03 février 2017

La la là

La la land commence de manière sympathique, mais je n'accroche pas plus que ça. Impossible de toutes façons avec les gesticulations over-enjouées de la caméra. Et pour cause : la première partie tout entière se résume au premier plan de la dernière : un plan de palmier mimant la tête renversée… bientôt déplacé par des techniciens d'un studio de cinéma. Il faut un peu de temps pour voir non pas sous ou derrière les images (couleurs vives, plans léchés) mais pour voir les images -  en tant que telles. Et comment on vit par, pour et à travers elles.

Forcément, ça devient de mieux en mieux au fur et à mesure, même si. La comédie nous fait des frayeurs de soufflé (échange parfait, répartie affûtée et puis banalité), et les numéros musicaux ne me donnent pas vraiment envie de danser, peut-être plus jazz que jazzy (comme l'héroïne, je n'aime pas le jazz ; mais contrairement à elle, je ne m'y fais pas)(et comme elle, je ne peux aller plus loin sans vous faire une confession : même si j'ai chanté faux avec ma cousine que nous étions des sœurs jumelles nées sous le signe des gémeaux, je ne suis pas sûre de jamais avoir vu les comédies de Jacques Demy - cette part de nostalgie-là ne pouvait donc avoir de prise sur moi). La scène de l'observatoire de Magic in the moonlight m'a plus fait rêver que celle de La la land, où je me suis demandée si, dans quelques années, on trouverait ça aussi daté que Grease et son paradis de bigoudis chauffants. Cela se regardera probablement comme un film de Fred Astaire, un de ces films qu'on ne regarderait pas s'il n'était avec Fred Astaire, mais qu'avec Fred Astaire on regarde, comme ça, pour la scène de claquettes où Ryan Gosling a les mains dans les poches et la chemise-bidou qui lui fait le sex-appeal tout doux - pas vraiment pour moi, mais pourquoi pas. Ginger Rogers est Emma Stone, toujours parfaite avec son visage au bord de la décomposition. Les globes oculaires prêts à rouler hors de leur orbite, la bouche qui tord le sourire en grimace et vice-versa de casting en casting. Je crois avoir compris celles qui la trouvent laide avec ses yeux de poisson ; c'est cette quasi-laideur que je trouve infiniment belle. Moins figée, même si le film en use et abuse au point de glacer aussi cette beauté, lassante dans la caricature de son idiosyncrasie.

Cela marche quand même, justement parce que tout ne marche pas et que ça piétine dans la vie de nos wannabe artistes, l'actrice et le jazzman qui sont là à L.A. pour réaliser que leurs rêves rendent dure la réalité - qui serait bien douce sans cela. Douce comme un retour chez papa-maman (plutôt qu'à la case départ) ou un contrat blindé signé avec Universalis (plutôt qu'avec le diable pour un jazzman pur et dur qui se retrouve à pianoter sur un synthé). L'actrice et le musicien se rentrent tellement dans le lard que c'est sûr, une évidence de comédie romantique, ils sont faits l'un pour l'autre. Cela ne sonne pas juste, pourtant, dixit la comédie musicale : ils ont trouvé quelque chose d'autre que l'amour, qui le fonde parfois et parfois pas, une présence entièrement bienveillante et entièrement exigeante, qui les encourage les pousse et les engueule à devenir ceux qu'ils voulaient être, quitte à ce que cela se fasse sans eux. Ou peut-être que c'est exactement ça, s'aimer, en-deça de la vie partagée. <SPOILER up to the end>Au-delà aussi : nos deux artistes ne se disent pas je t'aime, seulement je t'aimerai toujours au moment de se séparer (sur le mode : je serai toujours là-bas pour toi). Forcément, ça devient très beau, parce que le film fait exactement ce qu'il faut pour : il donne une fin. Ils s'aimèrent, se marièrent et eurent des enfants… mais pas ensemble. Et dans un croisement de regard, fortuit, des années après, la caméra s'emballe pour nous donner à vivre tout ce qu'ils n'ont pas vécu, toute une vie au conditionnel passé qu'ils auraient pu vivre, mais pas de si, il n'y a pas de bascule, pas de remord, pas de regret, rien à refaire, juste des vie divergentes que l'on fait se croiser pour la beauté du geste, pour la danse et la musique, pour le cinéma, pour donner à voir tout ce que contient ce regard-là, entre ces deux-là (parce qu'aussi, on a du mal à le concevoir sans ça, l'amour sans le couple qui le défend contre le temps). Le film nous refuse ce que l'on veut - pour mieux nous le donner symboliquement. Paré de la beauté des choses révolues, que l'on garde précieusement en soi justement parce qu'on les a perdues. Ou jamais vécues*, c'est tout un.

* sauf au cinéma