Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 août 2010

Un tea tour à Londres

 (les posts des musées de Vienne viendront plus tard)


 

Pour se reposer d'une journée de marche : des scones, chez Richoux. Palpatine a découvert la clotted cream et n'a pas tourné autour du pot. Tant qu'ils sont chauds, je les aime encore mieux nature, pâte et raisins. C'est comme les Panzani, impossible de s'en lasser.

Pour continuer à faire du shopping : un muffin caramel et noix de pécan de chez Fortnum and Mason. Se lécher les doigts après avoir raclé avec l'ongle les rainures du papier, avant d'aller tirer de la boutique l'énergumène qui devrait lui aussi en manger pour trouver des chemises à sa taille.

Pour suivre les conseils d'Ariana : un carrot-cake, de chez Fortnum et Mason encore. Comme on s'est rendu compte que ce n'était pas possible de le manger à la main, on a ramené la part dans le train. Une table et deux cuillères plus tard, il a fallu se rendre à l'évidence : moelleux et doux à souhait, sucré et citronné juste ce qu'il faut, ce gâteau est à lui seul une raison* de retourner à Londres, pour le déguster assis au salon de thé. La Sachertorte peut aller se rhabiller.
Puis des toasts de marmelade de citron vert -j'ai bien dit marmelade, pas lemon curd- par curiosité pour les deux pots que nous avait commandé Ariana, chez Fortnum and Mason, toujours. L'acidité est neutralisé par le sucre, qui n'en est plus écœurant comme dans la marmelade d'orange. Epathée.

 

La lime marmelade est une parfaite transition vers le petit-déjeuner : j'ai rapidement vérifié que c'était bien du porridge que je mange quand je me fais chauffer des flocons d'avoine avec du lait (le plus qui fait frétiller la moustache de la souris : une touche de Nesquick ou pire mieux encore, une noisette de Nutella), avant de reprendre mes Weetabix et de m'attaquer aux pommes paillassons, aux œufs brouillés tout mousseux et autres légèretés de l'English breakfast.

 

Et pour un bon repas, direction Mayfair : the Market Brasserie, à Shepherd market, sert un risotto au gorgonzola et aux épinards, qui tue tout - meilleur qu'en Italie. Le poulet cajun grillé d'un autre risotto est également une tuerie. Les clients et les serveurs sont sympas, en particulier le Marocain qui explique la présence de petits tableaux parcourus d'inscriptions en français dans le texte.

Enjoy your meal !

 

 

* Parmi les moult raisons de retourner à Londres :

  • étrenner la valise orange reçue pour mon anniversaire

  • manger un fish and chips

  • aller voir une pièce au Shakespeare Globe theather

  • retourner voir l'ENB et le Royal Ballet ; et pourquoi pas des musicals en plus des ballets

  • trouver Freed et des pointes à ma taille

  • quadriller Notting Hill

  • écumer les librairies

  • vérifier si je partage l'avis de Melendili sur les dédicaces des bancs de Hyde Park.

  • autres (les suggestions sont les bienvenues)

 

20 août 2010

Pause pub

(on ne voit pas très bien avec le contre-jour, mais le montage est fort bien réalisé, les fruits ne font pas vieilles peaux)

 

Au pays de la Wurst aussi, on prescrit cinq fruits/légumes par jour. Pour atténuer la folie des alicaments, on rappelle que ce sont les merveilleux fruits de notre nature, même si parmi les arbres l'on aperçoit juste derrière le panneau un pylone en béton très assorti au gris de la plaquette. Pour faire passer la pilule, messieurs, vous pourrez toujours l'avaler avec une nana bière de votre choix :

 

Je stoppe, tu stop, il spotte

You'd better stop ! pour que les Don Quichotteries sur le toit de l'Opéra ne se transforment pas en sketchs toonesques.

 

Vienne et surtout Londres ont confirmé ce que Berlin avait annoncé : Palpatine est un spot-addict. Dès qu'un bâtiment remarquable ou une vue surplombante pointe le bout de son museau sur une carte ou au bout d'une rue, il faut approcher la curiosité, et s'assurer qu'elle ne nous prenne pas de court en la prenant en photo.

Au début, je trouvais irritante cette manie touristique qui nous rapprochait sans cesse des lieux communs, i.e. banals et surpeuplés, quand bien même désertés par les populations indigènes. Videndum est ; comme s'il était besoin de s'embarrasser d'adjectifs verbaux en vacances... Impératif d'autant plus pressant qu'il est pressé : les photos sont arrachées au spot, c'est à peine si l'on prend le temps de cadrer.

Tout à l'heure au téléphone, Melendili me racontait son voyage à Londres et notamment le premier jour où, G. et elles ont joué à Où est Charlie devant Big Ben, Où est Charlie devant Tower Bridge, Où est Charlie à Westminster Abbey etc. parce que G. s'était fait payer le voyage par sa tante et qu'il fallait bien une caution de visite avant de se lancer dans le shopping, de flâner dans les parcs et d'écrémer les salons de thé. Mais Palpatine n'a de comptes à rendre à personne (hormis son banquier après avoir descendu Savile), aucune souris n'a été volontairement cadrée dans le viseur (sauf une dont je me passerais et dont j'interdis la diffusion), et on serait bien en peine de trouver un autoportrait dans la memory stick de son appareil.

 

Moment de flottement, donc, sur le beau Danube parfois bleu.

 

Et puis, en le voyant étudier la carte de Londres pendant une bonne vingtaine de minutes dans l'Eurostar, j'ai compris que sa manie de spotter n'était pas superficielle mais plane. Les points remarquables deviennent autant de repères qui organisent l'espace, et l'absence de cadrage, des plans larges qui replacent le lieu dans son espace – ce que signifie en réalité l'envie de « montrer comment c'est réellement ». Bref, zoom out. Le spot n'a d'intérêt que par rapport au non-spot. Il s'ensuit que :

  • le spot en lui-même, on s'en colle un peu (agaçant quand on a marché des kilomètres pour le trouver, agréable lorsque cela m'évite de visiter à nouveau le palais de Schönbrunn en lui-même, et permet une plus longue promenade dans le parc). Un clic-clac et ça repart ; pas besoin d'aller sur Mars.

  • Vienne a mis le spotteur dans l'embarras. Dans les rues d'immeubles massifs et meringues, tout est spottable, et rien ne l'est. Rien en particulier, pas plus le mastodonte jaune sur la droite que l'archi-ouvragé blanc sur la gauche ; c'est le Ring, Palpatine tourne en rond et shoot ses adversaires au hasard. Il s'est alors trouvé dans l'obligation, pour conserver son concept, d'en inventer une nouvelle variante : le spot homéopathique, dilué dans la ville.

 

Au pas de course, Mimy se prend pour Cortex
(et je déteins, parce que ce n'est pas moi qui ai ensuite eu l'idée de cadrer les touristes sous les sabots du cheval pour les écraser)

Vu ainsi, tout en participant au safari-photo, je peux moi aussi jouer à Où est Charlie ? Œil pour œil, sans aucune dent, je préfère poursuivre ma spécialisation ès cadrages bizarres ; les détails qu'ils découpent trouveront toujours dans ses photos les plans panoramiques dans lesquels ils se réinscrivent. Conclusion : j'ai épuisé les piles de mon appareil en réglage de zoom, Palpatine a grave spotté, et ce verbe barbare (ou barbarisme verbeux) m'a collé une affreuse ritournelle dans la tête, « on va spotter ! sur une étoile ou sur un oreiller... ».

 

Widerschein

Doppelgänger : Demel, deux touristes

 

Pas de jeu des sept erreurs possible. Il est en revanche possible de chercher à quels monuments correspondent les reflets.
Pour s'échauffer, un cheval blanc d'Henri IV - non, ce n'est pas une statue équestre.

 

 

Allez, un vrai :

 

 

Faisons comme l'ombre du monsieur, grimpons en difficulté...

 

 

... pour atteindre le stade de l'anamorphose :

 

 

Keine Ahnung ?