Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 janvier 2011

On se le reflet, ce voyage ?

[Question purement rhétorique, les billets pour le premier week-end de février sont déjà sur mon bureau.]

 



Fortnum and Mason drive me crazy.



Théâtre d'ombres devant le théâtre national.



Les promenades nocturnes, ça me branche.

 

Lumières Tamisées.


Autre effet in/out, au Barbican cette fois-ci.

 


Un ours et un canard qui aurait pu avoir trois pattes cassées au self du Barbican s'il fallait en juger par mon enthousiasme pour la découverte du bubble and squeak (pomme de terre et chou- atténué par divers ingrédients qui nous l'ont d'abord fait prendre pour de l'asperge puis du poireau, pour vous dire) mais surtout du flapjack, qui renforce mon union avec la patrie de Jack, en quelque sorte un bol de flocons d'avoine rendu transportable par du sirop de sucre roux. C'est exactement ce qu'il me faudrait  pour tenir avant les spectacles.

11 janvier 2011

Londres, la belle défaite

Première et dernière fois : une heure de froid pour dix minutes de feu d'artifice. Cela a commencé par un bouquet et a continué jusqu'à ce qu'il soit fâné, après l'avoir maintes fois soupçonné de façon anticipée et avant qu'on ait pu bien le nommer. Un regret : de ne pas avoir été assez proche pour sentir les détonations résonner à l'intérieur du corps. Presque plus émue par les fusées privées tirées du bateau amarré tout près.

 

La Belle des fêtes, défaite comme les cheveux au lever du lit, comme les cheveux déployés d'une étoile filante lors d'une promenade nocturne.



Chez Fortnum and Mason, parmi les pommes, les oranges, les pamplemousses et les ananas, des oranges piquées de clous de girofle comme une espèce à part entière.


 

Des lumières in-cab-ables de capoter.

 

Déchets dorés pour le premier jour de l'année.

08 janvier 2011

je vous signalerai

 

Photobucket

Photobucket

Photobucket

 

: une énumération du feu de dieu. Qui ne coche ainsi s'attirera les foudres divines :

 

Photobucket

 

05 septembre 2010

Vues de Londres et de l'esprit

 

Dans le subway : des lunettes noires et carrées qui tentent de faire rentrer dans des cases la chaire informe d'un visage ; un pantalon écossais ; une casquette de marin avec sa cordelette ou son ancre jaune (la mémoire ne sert pas toujours pour les finitions) ; des chaussures dorées. Tout cela sur la même personne qui effeuillait, en les tournant à coups de poing ouvert, les pages de son journal, rapidement lu, donc. A temps pour aller croire à son utlilité, proclamée par le badge de membre d'une association caritative. Un pantalon écossais, des chaussures dorées, de grosses lunettes noires et une casquette de marin, pour mémoire - avec une ancre jaune, my yellow subwaymarine.

 

*    *
*

 


a) fusée
b) oeuf de Pâques extraterrestre
c) suppositoire géant

 

*    *
*

 

Dans une autre vie, je me réincarnerai en pingouin ; j'aurai des impressions étranges, le dos cartonné et peu de marges, mais j'aurai une couverture gauffrée inventive et je me collectionnerai : je serai un Pengouin book (mais pas un Rousseau).

 

*    *
*

 

 

*    *
*

 

Sous les feuilles vertes et flottantes d'un platane urbain, des cheveux et un genou relevé sont adossés à une grille noire, au coin d'une rue dont le nom est resté à côté d'un petit blason rouge, sur une plaque blanche que ma vue surplombante m'a empêché de lire. Après une hésitation trop prolongée, j'attrappe mon appareil photo, mais le bus à deux étages n'a pas encore redémarré que la figure de l'attente a été recouverte par un homme qui la masque et l'embrasse. Ebranlement ; le bus jette quelques feuilles que l'avancée des non-événements.

 

*    *
*

 

 

 

*    *
*

 

Dans un coupe-gorge :
des amants côte-à-côte
à contre-nuit contrée de lumières oranges
et peut-être des gorges serrées.

 

*    *
*

 


On aurait pu croire, mais non, ce n'est pas la Tamise qu'a peint Van Gogh.

 

*    *
*

 

Il arrive un parapluie violet à la tige métallique, garni de guirlandes de fleurs blanches et roses comme le pourtour d'un chapeau. Il passe et, au lampadaire suivant, descend sur un couple qui s'abrite de la pluie et de la cohue de trottoir, évite de justesse une nouvelle boule de fleurs suspendues. Penchés comme s'ils fuyaient en cachette, ils ne l'ont pas été encore assez pour dérober le secret des fleurs arrachées.

 

*    *
*