Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 juin 2010

L'opéra de renarde

Entre Kundera qui, à plusieurs reprises, a parlé de Janacek, et Palpatine, de la Petite Renarde rusée, forcément, j'avais envie d'accompagner ce dernier à l'opéra. Enthousiaste, j'étais allée me faire refaire un henné pour l'occasion, histoire d'être assortie à la chemise et aux lacets oranges de Palpatine - certes pas exactement la même nuance, mais les lacets étaient tellement pumpkin power... La Pythie n'a pas pensé au dress code, ni à lire l'argument sur le site de l'opéra, ce qui me rappelle que moi non plus. Ce n'est pas très grave, pour une fois, ce n'est pas difficile à suivre ; d'autant moins difficile que le premier rang de premier balcon (oh yeah... le parterre était à moitié vide) permet de lire les surtitres (le Tchèque est une langue vraiment très étrangère) sans rien perdre de la scène ni risquer de torticoli.

 

Une histoire de la nature, la description de Palpatine faisait dans la concision. Tout une troupe de bestioles surgit d'entre les tournesols, et vient tourner autour du garde-chasse endormie : escargot qui suit conscieusiesement le rail qui traverse la scène, grenouille qui saute de traverse en traverse, hérisson, sorte de cloporte marron dont on devine qu'il s'agit d'une chenille au cerf-volant qu'elle trimballe, mouches, libellule et autres trucs ailés, de piquants moustiques, notamment, qui emplissent des bouteilles de laitier avec une énorme seringue. Et bien sûr la petite renarde rusée qui n'en loupe pas une et finit par se faire capturer par le garde-chasse. On la retrouve alors, au bout des rails, devant la maison de celui-ci ; elle nous gartifie d'une conversation surréaliste avec le chien, sème la zizanie dans un poulailler bientôt ravagé, et tombe au passage amoureuse, avant de prendre la poudre d'escampette. De nouveau en nature, elle déloge un vieux blaireau, batifolle, se marie, met bas, n'en loupe pas une, et finit par se faire abattre par le chasseur Harasta.

Cela pourrait être mignon tout plein, et très vite lassant, voire tourner au spectacle scolaire déguisé, les bestioles étant pour la plupart des enfants. Sauf que. La petite renarde ne déloge pas le blaireau, elle l'expropie, et colonise le repère avec tous ses camarades. Lorsqu'elle attrape les poules, c'est en faisant semblant de se pendre après une harangue communiste (vous ne servez qu'à la lubricité du coq, il vous exploite, rebellez-vous !) qui ne fait pas beaucoup jacqueter la voletaille, pardon, le « prolétariat » - alors, afin de ne pas passer pour « une poule mouillé », le coq, aux attributs tout pendouillants, va constater le décès et défaire la corde autour de son cou, qui la rattachait à la niche. Je ris bien, aussi, lorsque Pelage d'or reprend en écho et en aparté (parenthèses aux surtitres) les qualités énoncées par la renarde : Emancipée ! Propriétaire !... « la femme idéale ! », conclut-il. Palpatine s'amuse bien. Il me fait signe lorsque le lapin vient sur le tapis, enfin, sur la nappe – ça, c'est de la private joke.

Ces quelques clins d'oeil ne font pas pour autant un opéra engagé (il serait par exemple difficile de concilier le banquet qui suit l'expropriation du blaireau avec le massacre des poules), et si à l'entracte Plapatine s'extasie sur la multitude des différents niveaux d'interprétation, tout en étant spontanément d'accord, je n'arrive pas encore à les identifier. Il râle contre les parents qui y traînent leur progéniture, « ce n'est pas pour les enfants ; c'est comme de donner la Fontaine à lire à un môme, il n'y comprend rien ». Les questions de la gamine de derrière ne sont pas pour lui donner tort ; oui, c'est pour de faux, oui, la renarde fait semblant, non, elle n'est morte pour de vrai, etc. Cependant, si la parallèle avec la fable est tentant, il faut bien voir qu'il n'y a aucune « morale » dans l'opéra, les poules ne sont pas des corbeaux. Il ne s'agit pas non plus de satire, le ton est trop bienveillant pour cela. Une fantaisie, peut-être, qui ne se dépare jamais d'une lucidité bonhomme.

Comme je n'arrive toujours pas à formuler ce qui justifie le peu explicite « c'est génial » de Palpatine, je feuillette les essais de Kundera, j'arpente un peu la toile, et finit par découvrir ce que je cherchais sans en avoir la moindre idée, en trouvant des analyses qui donnent sens à des remarques isolées que j'avais pu me faire.

 

Parle toujours...

« Cela ne chante pas beaucoup », a observé la Pythie, perplexe. Palpatine l'était plus encore, sceptique qu'on puisse dire cela d'un opéra. Il me semblait pourtant comprendre ce qu'elle entendait par là. J'ai cru sur le moment qu'il s'agissait de la répartition entre chanteurs et orchestre, celui-ci jouant parfois sans ceux-là, notamment à chaque changement de décor ; à quoi s'ajoutait le fait que les voix, surtout enfantines, passaient parfois difficilement par-dessus la fosse. Mais on ne perçoit pas un opéra sous forme de statistiques, le déséquilibre était trop léger pour qu'il n'y ait pas autre chose, de plus fondamental. D'essentiel, à la vérité : l'opéra de Janacek est de l'ordre de la parole. Je ne veux pas dire par là que le rap serait redevable au compositeur ni même, plus sérieusement, qu'on aurait, comme dans Wozzeck (je pioche dans ce que j'ai vu, ce n'est peut-être pas immédiat, mais on fait avec ce qu'on a) que les voix se désolidarisent de l'orchestration et constituent à elles seules une nouvelle une nouvelle ligne mélodique. La musique de Janacek rend le phrasé de la parole. Il a en effet, comme l'explique Kundera dans les Testaments trahis, étudié le langage parlé, mis « la parole vivante en notation musicales », afin de dégager l'influence qu'a sur une intonation parlée l'état psychologique momentané de celui qui parle » et ainsi comprendre la « sémantique des mélodies ». En s'étant demandé comment une phrase est prononcée dans une situation réelle, il peut en tirer la « vérité mélodique », qui peut être éloignée de l'image (acoustique) que l'on en a, s'il est vrai qu' « un événement, tel qu'on l'imagine, n'a pas grand-chose à voir avec ce même événement tel qu'il est quand il se passe. »

Kundera se penche surtout sur Jenufa, mais ce blogueur1 le transcrit très bien pour la Petite renarde rusée : (à propos de la rencontre entre les deux renards) « On imagine bien, dans l'opéra traditionnel, à quel traitement musical une telle scène aurait donné lieu. Air de bravoure pour le ténor dans le rôle du renard, air brillant pour la soprano-renarde et pour finir un duo émouvant célébrant l'amour entre les deux êtres avec accompagnement obligé de timbales et cuivres pour souligner la force de l'amour triomphant. Rien de cela chez Janáček. Toute la scène est traitée musicalement sur le ton d'une conversation orale avec ses étonnements, ses refus, ses appels, ses affirmations, ses réserves, ses espoirs dans une variété d'accents assez étendue. Quel sujet d'étonnement de constater une distribution des voix identique entre le soupirant et sa future conquête. Les deux rôles sont confiés à deux sopranos ! A l'écoute d'un enregistrement discographique, il y a de quoi être perturbé, à plus forte raison quand on ne comprend pas la langue tchèque ! Mais sur une scène d'opéra, les caractères étant bien marqués, rien ne vient rompre le déroulement de cette conquête amoureuse. Et l'on ne s'étonne plus de l'absence de différence des voix. Qui renforce certainement cette fusion de deux êtres qui s'aiment. Et qui marque peut-être aussi la part féminine qui existe chez tout individu de sexe masculin. » Pour ce qui est des caractères bien marqué, tout dépend de la distribution ; avec ses cheveux mi-longs, j'ai du vérifier aux jumelles qu'il s'agissait bien d'un homme...

Un homme... un chanteur, oui, mais un homme ou un renard ? L'opéra joue constamment sur le double registre humain/animal, sans jamais que l'anthropomorphisme n'aboutisse à la suppression des êtres humains, qui continuent à évoluer avec les animaux. C'est aussi pour cela qu'on ne bascule jamais vraiment dans le satire ; les poules prolétaires restent toujours en même temps la basse-cour du garde-chasse, et un temps figure allégorique, la renarde redevient animal l'instant d'après. Cette dernière participe activement au brouillage de la frontière, de part la relation privilégiée qui se noue entre elle et le garde-chasse. Avec sa queue de cheval plutôt que de renard, la renarde pourrait très bien devenir une belle tzigane à la chevelure rousse bien fournie. Elle serait en quelque sorte une Arlésienne morave, la femme absente dont parlent tous les personnages masculins (humains), Terynka pour le maître d'école et le chasseur qui la convoitent. Sa démarche séductrice la soustrait à tout ridicule, même à quatre pattes.

Scènes animales et humaines alternent et se font écho. Au résumé schématique de mon deuxième paragraphe, il faudrait ajouter la discussion à l'auberge du curé, du maître d'école et du garde-chasse, leur retour chez eux, puis la rencontre du garde-chasse et du chasseur qu'il soupçonne de braconner, et l'échange de nouvelles (le mariage de Terynka avec le chasseur, la renarde tuée...) quelques temps plus tard.

 

Un opéra-idylle

Lorsque Palpatine nous a fait la bande-annonce avant le spectacle, nous disant qu'il s'agissait d'une renarde et d'un chasseur, la Pythie et moi en avons rapidement conclu qu'elle finirait par se faire tuer. « Ce n'est pas ça », a infirmé Palpatine, il faut voir. Pourtant, la renarde meurt bel et bien. Mais effectivement, ce n'est pas ça. Mon voisin de gauche, qui depuis l'entracte dirige l'orchestre, a beau avoir secoué les mains avec force trémolos avant le coup de fusil, l'opéra ne se conclut pas là-dessus, et la scène, de tragique, en devient seulement triste. La suite, c'est l'entrevue entre le maître d'école et le garde-chasse, et le sommeil de celui-ci jusqu'au renouveau du printemps, lorsqu'à son réveil, il retrouve la même clique de bestioles qu'au début, à ceci près qu'il s'agit de leurs petits, voire petits-enfants pour la grenouille.

« Terminer avec la grenouille, c'est impossible, proteste Brod dans une lettre, et il propose comme dernière phrase de l'opéra une proclamation solennelle que devrait chanter le forestier : sur le renouvellement de la nature, sur la force éternelle de la jeunesse. Encore une apothéose. / Mais cette fois-ci, Janacek n'obéit pas. Reconnu en dehors de son pays, il n'est plus faible », comme c'était le cas à l'époque de Jenufa. L'apothéose ruinerait non seulement la dernière scène, qui ne serait plus perçue comme une consolation, mais atténuerait également la tension qui traverse la pièce entre les mondes humain et animal. Dans la mise en scène d'André Engel, elle la traverse très concrètement par la voie de chemin de fer. Aucun train n'y passe jamais, mais son immuabilité n'en suggère pas moins l'implacable linéarité du temps. Pour l'homme, du moins, dont c'est la seule manifestation manufacturée, au milieu du champ de tournesol. L'évolution de la nature, elle, est cyclique, comme le confirme à la fin l'apparition d'une nouvelle petite renarde, portrait craché de sa mère qui n'est ainsi pas entièrement morte. Pourtant, c'est bien le même homme, vieilli, lui, qu'entoure la bande des jeunes animaux, un homme qui peut tout au plus envisager son existence en analogie avec la nature, essayer de trouver quelque apaisement dans l'harmonie de sa répétition. Si l'anthropomorphisation de la renarde avait été complète, l'opéra se serait achevé sur sa mort, pour faire de sa vie un destin – puisque c'est toujours sous cette forme l'homme très individualisée que l'homme a tendance à penser son existence (les Stoïciens forment une exception, mais il suffit de voir la prolixité d'Epictète pour se douter de l'entraînement et de la force de volonté requise pour adopter une telle vision).

Dans une lettre à Max Brod du 20 mars 1923, Janacek écrit : « Sur le chemin de Brno, j'ai eu l'idée du titre qui conviendrait sans doute le mieux :
Les Aventures de la petite Renarde rusée, opéra-idylle.
» C'est en lisant cela que j'ai compris d'où venait la beauté de la fin. C'est la même qu'à la dernière partie de l'Insoutenable légèreté de l'être lorsque Tereza et Tomas se retirent à la campagne et se rapprochent, par la douce monotonie de leur rythme quotidien, de la perception du temps de leur chien Karénine (contrairement à l'héroïne du roman éponyme comme au garde-chasse de notre opéra, il n'est associé à aucun chemin de fer) : l'horaire disparaît dans la durée ; l’éphémère de l'instant, dans l'éternité de la répétition qui emporte avec elle la crainte de la disparition. Ne reste alors que la tendresse, propre du vieil homme et non de l'enfant (lui n'a pas encore fait l'expérience de la disparition. Il est encore assez jeune pour craindre le ridicule d'un déguisement devenu pure poésie pour le compositeur âgé ou le spectateur souriant).

Le début et la fin de l'opéra forment une boucle, toujours traversée cependant par la ligne droite du chemin de fer, si bien que la mélancolie de l'homme teinte de tristesse le renouveau de la nature -à moins que celui-ci n'apaise le chagrin de celui-là. On peut prendre les choses dans un sens ou dans l'autre, toujours est-il que l'opéra, loin de tout pathos grandiose, se clôt dans la beauté, par un magnifique murmure.

 

1On sent qu'il aime son sujet, auquel il revient de façon cyclique, seul moyen d'approfondir... ce que j'ai trouvé de plus consistent sur cet opéra et qui mérite vraiment le détour.

21 juin 2010

Raffinement russe : la délicate Ouliana Lopatkina

 

La venue de l'étoile du Mariinski à Versailles était annoncée comme « exceptionnelle ». Le théâtre Montansier aurait pu faire quelques efforts pour l'occasion, comme éviter le très amateur « lecture » ou « pause » qui s'affiche lors de la projection des films, et surtout investir dans une vraie barre de danse mobile, plutôt que de refourguer la vieille barre incurvée qui moisi derrière la scène et sur laquelle on s'échauffait avant chaque examen du conservatoire. La soirée n'en demeure pas moins une exception, tant pour sa programmation dans un mois Molière très théâtral (Versailles, l'un des berceaux de la danse, n'en est pas resté un foyer, tant s'en faut), que pour la ballerine d'exception qui s'y produisait et dont la carte blanche a donné un spectacle bien éloigné de l'esprit de gala.

Nulle démonstration de virtuosité dans cet hommage aux trois grandes ballerines russes que sont Anna Pavlova, Galina Ulanova et Maya Plisetskaya, par ailleurs habile moyen de s'inscrire dans la lignée de ces figures de légende (et commodité pour des changements pas si rapides). Les cinq extraits présentés alternent avec la projection d'images d'archive sur les trois susnommées, petite musique de fond (qui assure la liaison entre les photos mais ne correspond donc pas aux extraits filmés) et commentaire assuré par le directeur du théâtre. Le contraste entre le lyrisme outrancier des aînées et la retenue de l'étoile risque de faire passer sa délicatesse pour de la fadeur, mais a le mérite d'écarter la question de la technique et de se situer dans un autre horizon, celui de l' « âme » (russe) pour employer les grands mots – parti pris qui rend cohérent le choix des ballets présentés.

 

J'avais vu moult photos d'Anna Pavlova et Cecchetti, mais jamais le pas de deux lui-même. On a connu Neumeier plus inspiré que pour ce pas d'école où le maître et l'élève se donnent la réplique. C'est évidemment impeccable, des développés assurés à une barre pourtant trop petite, des promenades attitudes si sereines que j'en profite pour regarder la marque de ses pointes aux jumelles (d'après le dessin, je dirais des Bloch – je m'attendais à des Grishko – à moins que je ne confonde ?), des ports de bras léchés... mais ça ne m'enthousiasme pas. J'aimerais bien qu'elle lève les yeux, pour commencer. Le regard baissé fait peut-être belle russe humble et romantique, mais un siècle a passé depuis Pavlova, et je ne suis guère qu'au premier balcon, elle ne risque donc pas l'air ahuri de celle qui veut faire paraître son inspiration, le cou levé, jusqu'au poulailler.

Ma réserve commence à se lever avec le deuxième extrait (indiqué en troisième sur le programme, mais heureusement, l'annonce ne laisse aucun doute), la « danse russe » du Lac des cygnes, dans la chorégraphie de Fokine. Le mouchoir à la main et l’entre-choc des talons me rappellent mes cours de caractère quand j'étais petite ; le résultat n'est pas le même, nul besoin de le préciser, la grande simplicité dans le geste fait ici apparaître une sorte de pureté. Le costume est rutilant, mais la danse dépouillée, le raffinement se trouve à l'opposé de l'ornementation. Rien que le port de bras initial, mouchoir tombant, qui projette l'intention vers le public avant de l'écarter à la seconde, est émouvant.

La valse n°7 qui suit, de Chopiniana, me fait enfin comprendre le parti pris du programme et la valeur de la ballerine. Habituellement, je déteste ce mot, « ballerine », tout juste bon à désigner les figurines de boîtes à musique ou les photos de David Hamilton – Chopignagnagna gnan-gnan, quoi. Il n'y en a pourtant pas d'autre dans le contexte russe, ce qu'essayait de montrer le film Ballerina. La danseuse russe est autre chose qu'une interprète qui met son corps au service d'une chorégraphie. J'imagine aisément qu'Ouliana Lopatkina doit exceller dans Giselle : on a peine à croire que son corps soit de chair et de sang ; et il ne vient pas non plus à l'idée de ramener sa finesse à la maigreur d'une fille qui n'a que la peau sur les os. Ce qui est proprement fascinant, c'est qu'il n'y a absolument rien de musculaire dans sa sylphide. Il n'y a pour ainsi dire pas de pas de deux, elle se laisse soulever par son partenaire comme par une bourrasque. Marat Shemiunov n'est d'ailleurs pas beaucoup plus visible qu'un souffle de vent : l'homme porte-manteau est le corrélat de la femme ballerine, qu'on manipule avec précaution, comme un bel objet fragile. Aucun effort, et même, cela va au-delà : le mécanique du corps, des articulations, de l'antagonisme des muscles y est absente, insoupçonnable. Je ne suis pas en train de dire qu'elle est immatérielle ; cela, c'est le rôle qui le veut. Même si son essence se révèle le mieux dans le ballet romantique, c'est toute sa danse qui est ainsi, fluide, insaisissable - oubliable, alors ? L'ambivalence va jusque là, c'est le « presque trop parfait » de Palpatine, la perfection comme ce qui est achevé et déjà passé dans l'instant où on y assiste. Les images d'archive prennent alors tout leur sens, diffusent jusque sur scène leur parfum nostalgique, qui existe déjà dans l'instant de la représentation vivante, parce qu'il tient désormais moins au passé qu'au parfait.

Le plus beau moment de la soirée tient en grande partie à la chorégraphie de Roland Petit. La Rose malade, sur une musique de Mahler, constitue un parfait écrin pour notre ballerine ainsi que pour notre danseur, une fois n'est pas coutume. Contrairement au cyclo vert au goût douteux lors de la danse russe, l'éclairage futuriste rose solarisé possède quelque utilité sinon beauté, et nous emmène bien loin d'un quelconque spectre un peu fané. Pied en sixième, montée sur pointes, genoux pliés qui replacent les jambes en cinquième – pas qui propage une onde de choc dans le corps, et qui me rappelle un instant Abbagnatto dans l'Arlésienne. Rien à voir pourtant : chaque mouvement est une éclosion. Les jambes sont comme une extension du tutu, le geste est délié, les poignets, pour être souvent cassés, ne brisent pas pour autant la ligne souple des bras, à peine dirigés, qui retombent avec la légèreté et le retard d'un voile de soie – l'image même de la comparaison donnée par mon professeur de danse. C'est délicat. Jusqu'au doigt qui effleure l'atmosphère saturée de la scène.

Dégagé des contraintes du mouvement, le corps s'absente et pourtant l'érotisme qu'on associe souvent au ballet classique (mais que je perçois souvent davantage dans le ballet contemporain) est à l'évidence plus que jamais présent. Le corps ne s'exhibe pas volontairement par la puissance musculaire ou la nervosité de son énergie (à cet instant, c'est à se demander si la danseuse est capable du moindre mouvement incisif) ; la sensualité se trouve toute entière dans le regard, et plus qu'un objet fragile, la ballerine devient une pâte malléable que modèlent les fantasmes du spectateur. Elle file entre les doigts de son partenaire comme une coulée de lave (rose, certes). A chaque fois qu'il la saisit, c'est qu'elle est sous son emprise, pas entre ses mains ; les appuis des portés deviennent des caresses, l'évidence s'impose lorsqu'après l'avoir élevée toute droite, le danseur l'enserre d'une bras puis de l'autre à mesure pour la ramener au sol et à lui – pas à elle, puisque la rose malade meurt.

Heureusement sur scène, on ressuscite rapidement, ce qui est très pratique lorsqu'il faut mourir à nouveau cinq minutes plus tard, le temps que la rose se soit métamorphosée en cygne. La Mort du cygne est loin de figurer parmi mes solos préférés, mais il faut reconnaître qu'Ouliana Lopatkina l’interprète admirablement (surtout après avoir vu les battements de bras de la Pavlova sur le point de se noyer). En mémoire, la main abandonnée sur le haut du tutu plateau au bout du bras replié dans le dos1 lorsqu'elle se détourne, ou plutôt essaye de se détourner d'une main invisible qui semble alors la contraindre. Le rond de jambe un genou à terre. Et les dernières secousses involontaires avant que le corps mort ne se détende. Les applaudissements n'en finissent pas, alors, comme pour illustrer l'affirmation que l'interprétation de la Mort du cygne n'est jamais identique, y compris pour une même danseuse, l'étoile accepte de mourir une nouvelle fois, dont je retiens l'affaissement du buste qui entraîne en avant la tête et les bras, alors qu'elle piétine (frémit) en quatrième. Pour le cou, c'est bien un cygne.

Son salut, alors... avant de plonger en révérence, elle fait ce même port de bras que dans la danse russe, morte de fatigue ou d'autre chose, incapable de sourire, épuisée vraiment par le spectateur, fragile, peut-être, belle. On ne sait pas encore à quoi s'en tenir tant qu'on n'a pas vu un danseur saluer. Là, c'est fait.

Mais. Il n'empêche, c'était court, on reste sur sa faim. On aurait gagné à des extraits plus longs, non pas tant en proportion durée du spectacle/prix de la place, que dans l'appréciation des extraits dans le style desquels il faut le temps de s'immerger (d'où les premières véritables acclamations après la Rose malade).

 

1 (si vous ne visualisez pas, une comparaison bien peu poétique : comme on immobilise un malfrat avant de lui passer les menottes)

 

14:54 Publié dans Souris d'Opéra | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : danse, ballet

Quand Lalo remplace Lola...

 

… Palpatine n'est pas nécessairement dans tous ses états. A chaque orchestre ses beautés : une violoncelliste pour l'orchestre de Radio France, dirigé par Myung-Whun Chung. Pour une fois, le nom m'est familier, l'enregistrement de mon CD de l'Arlésienne s'est fait sous sa baguette. Peut-être bien magique, parce que j'ai du mal à comprendre quelles les musiciens peuvent en retirer : la mesure, peu exubérante, je vois bien, mais les vagues latérales initiées par les bras et suivies par le corps, ou la main gauche par laquelle tout le corps secoué de tremblement se raccroche au vide, je ne vois pas trop. On dirait parfois qu'il est possédé par la musique plus qu'il ne la dirige, mais cela doit être une impression de non-mélomane. Quoique... Palpatine penche pour le pilotage automatique de l'orchestre, parce que toujours est-il que ça marche (cette phrase n'est absolument pas française, mais je commence à être fatiguée et je ne vois pas où ça coince précisément – help me).

 

Deuxième nom imprononçable de la soirée, qui me fait irrésistiblement penser à de la mousssaka, bien que l'association phonétique soit une hérésie aussi bien géographique que culturelle : Moussorgski, dont des extraits de la Foire de Sorotchinski ouvre la soirée. C'est enlevé et coloré comme un marché - oriental ou méridional, parce que je peux vous assurer que ce n'est pas le genre de sonorité qu'on trouve en Dordogne.

Le méditerranéen, malgré que j'en ai, n'arrive qu'avec le deuxième morceau, une symphonie espagnole d’Édouard Lalo, dans laquelle on entendrait presque des accents tziganes de temps à autres. Mais c'est peut-être à cause du violon de Vadim Repin, dont je n'aime pas trop le son grinçant. Sans aucune gitane qui danse à son rythme, cet instrument geignard ne s'accorde pas de l'orchestre en bon ordre au milieu duquel il évolue, ni du costume impeccable de son maître (parce que c'est évident qu'il le maîtrise avec classe), qui n'est pas en train de mendier quelques larmes à son public.

Cela m'agace et ne cesse donc pas de m'attirer, jusqu'à ce que le violon revienne en grâce à l'oreille que je n'ai pas avec le morceau bonus joué par Vadim Repin et les autres cordes, qui, après enquête, se révèle être des variations sur le Carnaval de Venise de Paganini. C'est vrai que le soliste avance masqué : sans rien annoncer au public, il adresse quelques mots aux violonistes dont la mine se réjouit (celui qui est le plus excentré battait déjà joyeusement, de son archet sur le pupitre, la mesure des applaudissements), ainsi que celle de Palpatine lorsqu'il fait le signe de pincer les cordes. L'orchestre hoche la tête, le violoniste se met en joue et fait feu -d'artifice : le morceau est génial, ça sautille, esquive, feinte, sautille à nouveau et me donne envie de danser. Vadim Repin est visiblement virtuose, il se joue des difficultés et tous les musiciens semblent beaucoup s'amuser. Rire du public aussi : après avoir calé les pincements de corde, ceux-ci s'avèrent trop ténus pour que le soliste ne les recouvre pas en jouant, si bien qu'il fait mine de tendre l'oreille et aussitôt le volume augmente, comme si l'on avait tourné le bouton d'une chaîne hifi.

A l'entracte Palpatine hésite à se faire tenir la jambe par l'ami bavard, et finit par alpaguer l'ami russe pour qu'il nous en fasse une imitation, qui me fait rire sans pour autant connaître l'original et me donne une idée de l’énergumène. L'imitation des différents chefs d'orchestre, à la sortie, valait également son pesant de cacahuètes. Sonnerie - Palpatine se rassoit tranquillement en disant que le meilleur est passé. Peut-être mon esprit de contradiction s'est-il réveillé à ces mots, peut-être ne suis-je tout simplement pas lassée par le top 50 des salles de concert que je fréquente assez peu, peut-être aussi mon préjugé est-il naturellement favorable au compositeur de musique de ballet : toujours est-il que la symphonie pathétique (n°6) de Tchaïkovski m'a beaucoup plue. Même si je décrochais parfois brièvement de temps à autres, mon attention avait moins de mal à se concentrer que lors de la première partie (certes, l'effet gâteaux à l'entracte n'est pas à négliger non plus dans le degré d'éveil), dont les huit minutes du premier morceau, notamment, étaient vraiment trop courtes pour qu'on puisse entrer dedans et en profiter pleinement. J'adore les moments de quasi-silence où l'on se demande presque s'il va l'emporter sur la musique, avant que celle-ci ne reparte avec plus d'allant. Je ne suis pas certaine d'avoir trouvé cela « pathétique », à moins d'y entendre moins la pitié que l'empathie. Mais bon, pas besoin de souscrire au larmoyant, le programme précise même que le compositeur n'a pas ajouté l'adjectif de lui-même, et qu'il est davantage à entendre dans le sens de « passionné » ou « émotionnel », « comme un regard sans illusion sur 'la douleur de vivre, les amours impossibles, la culpabilité, le pressentiment de la mort'. » Mouais ; en gros, mettez-y ce que vous voulez, du moment que cela possède une certaine force émotive. Après le troisième mouvement, le public n'a d'ailleurs pas pu s'empêcher d'applaudir. Les puristes de le déplorer, mais franchement, cela me dérange beaucoup moins que les manifestations de tuberculeux qui se mettent à tousser du de concert, ou que la brève cacophonie des instruments qui se ré-accordent - laisser éclater son enthousiasme n'a rien de pathologique, au moins... à moins de voir le plus grand conformisme dans la surenchère d'applaudissements après une débauche musicale. On ne pourra en revanche rien reprocher au magnifique silence de la fin, qui a mis une bonne demi-minute à se relacher.

 

20 juin 2010

Un concert érotique...

… me dit ma mère alors que je lui raconte ma soirée de jeudi à Pleyel. Un moment de perplexité, je pense à l'inclinaison de Palpatine, fonction de la visibilité de Lola, ainsi qu'à ma grande interrogation de savoir si la doublure rouge de la veste, remarquée par en-dessous dans les envolées du clarinettiste, se retrouve uniformément chez tous les musiciens (ce qui contrarierait l'aspect monacal du col chez le basson), avant de comprendre qu'on me ressert la bonne vieille blague bien lourdaude sur Beethoven.

Mozart est, lui, exempt de ce genre de plaisanterie : Palpatine vous dirait qu'aussi sa symphonie concertante pour hautbois, clarinette, basson et cor ne comprend aucun contrebasson ni par conséquent aucune Lola. Pour ma part, pas de quoi être déconcertée, le morceau m'a bien plu. J'ai l'impression de mieux percevoir le jeu des correspondances entre les solistes et l'orchestre, toutes les variations auxquelles cela donne lieu : réponses, suites, contrastes ; entre les solistes, entre un soliste et les autres associés ou non à l'orchestre, etc. Cela me fait penser à la rivalité fraternelle des cours de danse de bon niveau, lorsque chacun s'enhardit au contact de l'autre dans une émulation enthousiaste. Le quatuor est resserré autour du chef d'orchestre, comme un cercle d'amis, parfois rompu par le clarinettiste, un peu plus petit, qui semble alors s'adresser directement au public – histoire de prolonger la complicité.

Après l'entracte, on passe à une autre symphonie, la neuvième de Beethoven, « surboostée aux amphétamines », dixit Palpatine, ce qui m'a d'autant plus fait rire que c'est exactement l'impression que cela donne. Les mouvements déferlent, mais le musicien hante la tempête et se rit de l'archet. Au troisième rang côté cour, nous sommes très proches des contrebasses, instrument qui m'attire instinctivement – peut-être à cause de la première page de la nouvelle de Süskind, qui attend toujours que je la lise (et avec Palpat' qui se met à l'allemand, ça me démange). Le plus proche me fait d'ailleurs penser au poète de Spitzweg, allez savoir pourquoi.

Au début du troisième mouvement, le chœur rentre – j'y repère B#1, qui m'a vendu ma place . Ce n'est qu'à la fin qu'il se lèvent pour chanter, mais alors, ça fait un de ces effets ! Rien que visuellement, les pages des partitions tournées en cascade, comme par des rafales de vent... Il a beau rester quelques places ici et là, la salle est soudainement pleine, emplie de son qui n'a plus assez d'espace pour exploser, juste pour enfler dans des proportions formidables – malgré les paroles léchées de l'ode de Schiller, la joie n'a rien de primesautière (surtout que d'après le programme, « Freude » est un substitut à une initiale « Freiheit »).

L'au revoir au chef d'orchestre n'a rien de triste non plus. Pour moi, parce que c'est à peine si j'avais déjà entendu le nom d'Eschenbach auparavant (on est inculte ou on ne l'est pas) ; pour lui, parce que les musiciens lui ont offert une lettre autographe de Berlioz ; pour l'orchestre, parce que le directeur musical de l'Orchestre de Paris reviendra les diriger par la suite. Il est assez amusant d'assister à un moment « objectivement » émouvant, puisque pas en mesure d'y participer vraiment. Ma lecture du super-programme-pour-l'occasion a été très curieuse, déchiffrant en français-anglais-allemand les fac-similés de lettres de musiciens adressées au chef pour lui exprimer toute leur gratitude pour sa complicité artistique ; certains choisissent de dire simplement leur admiration, d'autres dérivent vers la poésie, en métaphores plus ou moins filées, quand d'autres encore remercient leur « mentor », faisant ainsi de celui-ci une figure pour ainsi dire mythologique.