Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 novembre 2009

Moveor ab Amoveo 1/3

 

… de la soirée Millepied/Paul/McGregor.

Enfin, la… les :

Le mercredi 11 novembre, en dernière minute avec Palpatine, 7ème rang de parterre, quasiment de face.
Le samedi 21 novembre, en cadeau d’anniversaire, 1er rang de parterre, côté jardin.
C’aurait été avec plaisir que je me serais soumise au proverbe, tant il est certain que je ne m’en lasserai pas.

 

Amoveo, de Millepied. Deux lignes, filles et garçons, se croisent d’un bon pas et laissent dans leur sillage les deux solistes, accroc par lequel démarre la danse, et l’une des nombreuses recompositions (des forces en présence, j’allais dire) des énergies en attente (pourrait-on corriger) d’une chorégraphie qui fait jouer soli, duos (doit-on dire dui ?) simultanés convertissables en trio ou groupes plus nombreux. Cela ne cesse jamais, le refus d’un danseur d’être le partenaire pour une figure attendue donne à un autre l’impulsion d’un nouveau mouvement. Amoveo, j’écarte, j’éloigne, (Millepied m'a mis le doute avec sa mise en mouvement et son émotion, mais le Gaffiot est formel) mais c’est en même temps pour rapprocher – et enchaîner : après avoir déposé leurs solistes comme la mer quelques débris de coquillages, le ressac des filles et garçons les remet volontairement en présence, les pousse l’un en face de l’autre, dans des costumes bleus, à présent harmonisés. Car si les groupes se recomposent, les costumes aussi. Paul Cox a choisi de décliner des formes simples (jupes, pantalons, T-shirt, chemise) dans une palette très Lego : rouge, vert, jaune, bleu s’imbriquent plus qu’ils ne s’harmonisent. Les tenues s’échangent, si bien que les danseurs bicolores, après avoir dansé avec un partenaire ayant au moins une couleur en commun, selon le principe des dominos, finissent par devenir des individus monochromes.


Ces couleurs élémentaires associées à l’enjouement des danseurs (le sourire d’Alice Renavand) pourraient faire croire à quelque récréation primaire, les cheveux au vent, courses sur la plage. Il n’en est rien, non seulement parce que, n’en déplaise à ma voisine de la seconde fois (je ne peux pas la voir en couleur, elle a reniflé pendant toute la pièce), le vert n’est pas une couleur primaire, mais parce que la chorégraphie est re-créée par une projection en fond de scène de lignes colorées qui correspondent approximativement aux couleurs des danseurs sur la plateau et comme eux, se cherchent, se croisent, se composent et se mélangent, toujours cependant identifiables, entités géométriques qui ne se diluent pas dans le mouvement. Même si le dispositif s’efface vite au profit de la danse, il demeure présent, donne une trame à la chorégraphie, plus ou moins dense, parfois épurée, lorsque la tableau saturé de couleurs est effacé et que de nouvelles lignes se tracent comme un électrocardiogramme (sauf que dans ce cas, la ligne droite n’annonce aucun décès, bien au contraire). C’est peut-être l’association de la ligne à une note étirée qui m’a donné cette impression d’une force persistante, tout comme la musique était lancinante. Rien de douloureux pour autant ; triste et joyeux sont deux adjectifs qui ne conviennent pas à cette pièce –à moins de les faire cohabiter à la manière des duos de couleur dans les costumes. Sans être assorties, les couleurs ne s’opposent pas ; sans se concilier, les deux adjectifs ne se contredisent pas. Autre binaire dépareillé : l’actuel et le vieilli (mais neuf – même principe que les jeans pré-usés). Les costumes donnent « à l’ensemble une touche sans doute plus ludique et plus urbaine », tandis que le lignes so 70’ font un peu vieillot. A ne voir que le film projeté, on pourrait s’attendre à ce que les danseurs apparaissent en académique en lycra (c’est comme la mauvaise science-fiction, ça vieillit très vite et très mal). Le tiraillement entre actualité et modernité vieillotte converge et s’oublie dans l’intemporalité de la chorégraphie, dont on ne sait si elle est mélancolique ou enlevée, primesautière ou profonde. Après tout, les extraits de Philip Glass sont tirés d’Einstein on the Beach :

 

(Benjamin Millepied) « D’un côté l’orgue puissant, terrien, emplit l’espace tout entier et évoque avec son rythme répétitif quelque chose de rituel et de primitif. De l’autre, les voix accompagnées des flûtes et du violon créent une atmosphère aérienne, comme un envol. » . Il est étonnant que ce dernier ne soit pas provoqué par l’orgue, mais c’est peut-être ce qui rend l’ensemble si curieux. Et je ne me lasse pas de la récitation de ce do, ré, mi, fa – l’aspect de comptine qui pourrait résulter de l’énoncé des notes de la gamme est complètement reconfiguré par la puissance de l’orgue et les grands pas de bourrés coupés jeté en tournant des garçons en demi manège (c’était lequel, le très mignon en rouge ? –encore un mot avant de refermer la cette parenthèse : Audric Bezard). Rhaaaaaaa. Là, je suis à la limite du délire extatique qui pourrait me faire jeter des gros mot comme « transcendée », « transfigurée ».

 

 

Redescendons sur terre, je n’ai pas encore parlé du céleste sublime pas de deux pris dans la gangue de l’ensemble de la pièce, lorsque Nicolas Leriche et Aurélie Dupont/Claire-Marie Osta sont rassemblés par le groupe. Veste et justaucorps bleu à col Mao pour elles, pantalon et débardeur assortis pour lui. Comme je n’arriverai pas à une évocation qui me plise, je vous enjoins à regarder le pas de deux sur youtube, filmé dans la première version d’Amoveo. Pour l’apercevoir avec les nouveaux costumes, c’est ici – bon, c’est visiblement filmée par une maniaque des ombres et/ou une fétichiste des jambes d’Aurélie Dupont, qui ne sait pas manier une caméra et encore moins son zoom. Aurélie Dupont est à tomber raide, là-dedans, le mouvement coulé, ramené vers elle et pourtant tout en intensité. Elle forme peut-être davantage un couple avec Nicolas Leriche que ce dernier avec Claire-Marie Osta, cette dernière distribution reprenant pourtant un couple à la ville. Même si ces derniers sont bien accordés, l’osmose des premiers est fusionnelle. Peut-être à cause de sa taille, Osta semble davantage « manipulée » par Leriche, quant Dupont lui coule entre les doigts ; respect et tendresse, l’une soulevée, l’autre retenue, les deux magnifiques (même si je garde une préférence pour la seconde).

 

La jonction des mains, lorsque Leriche vient relever sa partenaire le bras tendu derrière elle… l’envol qui bannit toute virtuosité de la figure empruntée au patinage… Aurélie Dupont qui flotte et ondoie, portée à bout de bras... et Claire-Marie Osta fascinante lorsqu’elle se trouve en apesanteur sur l’épaule et à côté de Nicolas Leriche à qui elle met sa main en œillère, et qui continue à avancer, confiant en celle qu’il porte et qui le guide. Elle est incroyable, perchée à cet éphémère poste d’observation –une présence tranchante. Dans l’espace, le regard portant loin, jamais dans le vague. Elle se détache de son partenaire sans être détachée ou indifférente ; juste à part.

 

C’est en ce sens que la distribution avec Aurélie Dupont donne davantage l’impression d’un couple : ils ne sont pas plus unis, mais plus à l’unisson, présents l’un à l’autre et complices jusqu’aux saluts, où Nicolas Leriche, visiblement heureux, court en avant et la tire par le bras, lui imprimant une secousse pour qu’ils saluent et entendent à nouveau crépiter la joie des spectateurs. Il a l’air d’un gamin ; elle est splendide dans sa large veste aux manches retroussées, ouverte comme l’expression de son visage.

 

[Elle, sait l'évoquer : "Le pas de deux central est une prouesse de subtilité, de force et de sensualité, je m'en souvenais comme d'un enchantement, je n'ai pas été déçue : envoûtement, bis. Quand "Amoveo" se termine, on est essoufflé comme quand on a couru avec ses copains d'enfance avec le vent dans les cheveux, ou quand on a fait l'amour toute la nuit." "Interprèts hors catégories, hors tout : AUrélie Dupont & Nicolas Le Riche." - les deux premières photos sont wow]

27 novembre 2009

Autres facettes

Autre distribution et autre place pour les Joyaux, seconde représentation à laquelle j’assistai mercredi dernier (enfin celui d'avant, le temps que je finisse de rédiger la présente chose), après le concours, pour parfaire ma journée de balletomaniaque. Cela cancanait ferme dans la loge. Rien que des habitués, semblait-il, à en juger par une jeune fille qui a rectifié le placement indiqué par l’ouvreur et un homme qui, après avoir salué tout le monde, « bonjour mesdames », a annoncé que « Brigitte » lui avait donné les résultats –dûment commentés à l’entracte. Une belle démonstration de l’art d’être vipère, soit directement (« Elle restera sûrement première danseuse toute sa vie. –On n’est pas à l’abri, ils ont bien nommé … « ), soit par ouïe dire, selon ce que le jury aurait dit : « Elle nous est arrivée anorexique et maintenant, elle est obèse ! ». J’en profite pour enquêter sur les raisons de la disparition d’Eleonora Abbagnatto : on tarde à la nommer et on va finir par la perdre, elle a renouvelé son congé sabbatique de six mois, pas bon signe, et fait des show médiatiques en Italie – c’est une star, là-bas, un peu comme Roberto Bolle. Devant ma grimace, que j’ai peut-être réussi à réfréner en air sceptique : pas la même qualité, évidemment.

 

Cela laisse plutôt perplexe la dame à qui j’ai vendu le billet de la regrettée (et regrettant, pour les raisons que nous allons voir) B#4, que je n’ai par conséquent toujours pas eu le plaisir de rencontrer. Une demi-heure avant le spectacle, je m’étais rendue à la billetterie, et devant la foule, à peine avais-je sorti les munitions de mon sac qu’une femme m’a littéralement sauté dessus : « Vous vendez des places ? ». Euh… c’est-à-dire que… oui. Et alors que je m’apprêtais à faire l’article d’une place notée « sans visibilité » en expliquant à des touristes butés qu’en dépit de cela, on y voit plutôt bien, j’insistai au contraire sur le dixième de scène qui serait manquant, n’ayant pas envie de me faire assommer à coups de programme par la suite. Mais non, la loge impératrice lui convient parfaitement – et à moi donc, qui y mettait les pieds pour la première fois.

 

Sitôt que l’ouvreur a tourné le dos, je prends place sur la banquette aux côtés de la détentrice du cinquième fauteuil (ordre et convenance), et dès que le noir se fait, j’enlève mes chaussures pour ne pas salir le velours rouge et grimpe sur le dossier de la banquette, d’où l’on voit divinement bien. Certes, le fond de scène côté cour échappe à mon champ de vision mais, étant au-dessus de la fosse d’orchestre, on a l’impression d’être sur scène avec les danseurs. Côté jardin, on aperçoit les techniciens qui vont et viennent, un danseur d’un autre tableau en chauffe rouge vient jeter un œil à ce qui se passe sur le plateau. D’habitude, de face, le souffle est tamisé par l’orchestre, l’essoufflement ne pouvant qu’être déduit de la peau luisante, elle-même l’indice de la sueur ; ici, on les entend respirer, souffler, compter aussi parfois et, bien plus que le professionnalisme exigé ne le laisserait supposer, parler. Pas sur scène, ce qui pourrait s’envisager dans un ballet avec tableau villageois et force pantomime, qui requiert de mimer les conversations (où l’on s’étonne toujours beaucoup, à croire que lorsqu’ils se rencontrent en coup de vent, les gens échanges davantage des ragots que des platitudes météorologiques) ; non, ils parlent en coulisses, mais assez fort pour être audibles des premières loges. Lorsque le corps de ballet se rassemble dans la dernière coulisse pour le défilé de Cour des Diamants, on dirait un groupe de gamins en sortie scolaire, sommés de se mettre en rang deux par deux. Il semblerait qu’il n’y ait pas qu’en primaire où l’on proteste contre le voisin qu’on nous a dévolu puisque j’ai entendu distinctement –si mon oreille si fine ne m’abuse- un « connasse ! » résonner haut et fort. Bientôt les rangs passent devant la maîtresse qu’est le public ; sourire royal.

 

 

Emeraudes s’apprécie avec le temps, de même que Laëtitia Pujol que j’y ai vu deux fois, et qui m’a semblée délicate et non plus plate la seconde fois. Cette fois-ci, Isabelle Ciaravola se livrait à ce travail d’orfèvre, avec une danse ciselée – ce qui n’est guère étonnant pour une pointure (ou cambrure, devrais-je dire). Je ne suis pas une inconditionnelle de cette étoile que j’ai vue pour la première fois dans La Petite Danseuse de Degas, alors qu’elle était première danseuse, dans le rôle…. de l’étoile. Ses mines éthérées m’avaient un peu agacée, et j’ai mis du temps à me défaire du souvenir de ce qui n’était en réalité qu’un rôle. Bien joué, il faut le croire, puisqu’elle pourrait rendre par mal de danseuses vertes de jalousie dans les Emeraudes.


C’est bien dans cette partie que les évolutions de corps de ballet sont le plus inventives : dans les formations de danseuses se tenant par la main, les bras deviennent les griffes qui sertissent soli, pas de deux et pas de trois. Eve Grinsztajn n’en jette pas autant que Claire-Marie Osta en Sicilienne, mais dans l’ensemble, le tableau est délicieux.

 

 

Rubis m’a paru cette fois-ci plus agressif qu’impertinent. Dorothée Gilbert est davantage séductrice là où Aurélie Dupont était plus mutine, mais le rôle est taillé pour elle, c’est dansé rubis sur l’ongle – en sus, la largesse de regards de connivence avec Emmanuel Thibault, lui aussi flamboyant. Marie-Agnès Gillot a cédé sa place à Stéphanie Romberg : cette fois, c’est elle qui est taillée pour le rôle – à croire qu’il est le privilège des grandes (même s’il n’y a pas ce côté amazone chez elle).

 

Quelque chose de légèrement irritant, comme si l’on était attaqué par la musique. Peut-être aussi n’étais-je pas vraiment concentrée puisqu’à la fin d’Emeraudes, une femme est arrivée dans la loge, le trousseau de clé emprunté à une ouvreuse autour du coup, et un bouquet de fleurs à la main. « C’est le dernier soir d’un danseur du corps de ballet, alors je vais lui lancer le bouquet à la fin », explique Claire-Marie Osta, à présent émergée de l’ombre. Elle a passé le tableau en grappillant une vision aussi large que possible, la tête étirée (je la verrais bien en cygne tout d’un coup) à quelques centimètres de mon épaule. Je n’ai pas pu m’empêcher de jeter quelques coups d’œil dans le miroir en face de nous, pour vérifier que je ne me trompais pas de personne, et ne rencontrais que mon propre regard, dérangeant pour n’être pas à propos, quand il était palpable que toute la salle, toute la loge, le sourire de l’étoile, dirigeait son attention sur la scène. J’ai pensé très fort à lui dire ma surprise admirative pour sa Sicilienne, glisser qu’elle était bien, dans Amoveo, géniale, j’aurais dit parce que la chorégraphie l’est, et qu’elle avait ce curieux regard, en apesanteur sur l’épaule de Nicolas Leriche (et que de toute bonne foi, je n’avais pas à trouver un superlatif pour Aurélie Dupont que je n’avais pas encore vue dans le rôle – de toute façon, le changement de partenaire reconfigure le solo et la relation qui s’établit entre les deux solistes ; Osta ne donnant pas à voir le même Leriche que Dupont, je reste de toute bonne foi sur mon compliment tu), mais le moment n’est jamais le bon, le compliment toujours indécent par rapport à son émotion en cet instant du départ à la retraite de Gil Isoart. Ce dernier est acclamé avec et par les étoiles, le bouquet rouge est lancé, Claire-Marie Osta repart et j’ai la confirmation de ce que je n’ai pas la fibre de groupie. Il me semble faire bien plus de cas d’elle que de n’en avoir rien à ficher – rien à faire de lui adresser un mot ou de lui demander un autographe (réflexe palpatinien qui me déclare gourde ou quelque chose dans le genre).

 

 

Delphine Moussin et Mathieu Ganio ont, me semble-t-il, rendu les Diamants plus brillants : ils ne perdent rien de la pureté de José Martinez et Agnès Letestu, sans qu’il y ait trace d’une certaine dureté que dégage parfois cette dernière. Delphine Moussin est plus rayonnante que royale et ma foi, je dois admettre que Mathieu Ganio n’était pas mal à ses côtés, comme s’il gagnait en humilité à être partenaire d’une telle étoile. Il s’étoffe un peu, commence à perdre sa tête de jeune premier et sa morgue candide qui m’horripilait. Encore un peu plus de temps et moins de mauvaise foi, on pourra en faire quelque chose (c’est-à-dire le sortir de mes boucs émissaires, pas le placer au rang de mes favoris).

 

 

23 novembre 2009

Concours du corps de ballet de l’Opéra ; ces messieurs nous disent… 3/3

Vendredi 20 novembre. Garnier.


 

Les quadrilles ont fait leur devoir d’écolier avec la Mazurka d’Etudes, redoutable pour la propreté, notamment dans la réception des tours en l’air. La qualité des sauts s’entend également, étant souvent inversement proportionnelle au bruit qu’ils occasionnent – sans compter les cabrioles, dont on ne pouvait manquer de constater qu’elles étaient battues ; et schlack !

La meilleure imposée était incontestablement celle de Yann Chailloux : outre les tours qu’il a claqués avec aisance et terminés en suspension avant d’enchaîner avec des tours en l’air impeccables, qui ont soufflé les gamins de l’Opéra et déclenché quelques rires sur le mode « tout va bien pour lui, là, tranquille… », il n’y avait aucun à-coup dans les pas de liaison, qui de ce fait mettaient pleinement en valeur ses immenses jambes dans les pas véritablement techniques. La classe, quoi. D’autres ensuite n’ont pas démérité, même si le contraste entre Yann Chailloux et les autres demeurait flagrant. Aux délibérations, j’ai textoté mon enthousiasme à ma prof de danse qui a été ravie d’avoir confirmation de ce qu’elle avait pressenti – il lui avait montré ses variations en catastrophe la semaine suivante, plein de doute (c’est lui qui avait dansé Albrecht dans la Giselle de notre école il y a deux ans).

Sa variation libre ne manquait pas non plus de brio, avec ses tours en tous sens. Première fois que je voyais la variation homme du pas de deux d’Esméralda (alors que celle de la fille…). J’ai eu un peu peur sur le moment qu’avec toutes ces pirouettes, il ne montre pas assez qu’il avait plus d’un tour dans son sac, mais ma crainte était infondée, bien que d’autres libres aient constitué un bon spectacle. Sans toutefois former le pendant à l’intense Sabrina Mallem, Alexandre Labrot n’était pas mal en jeune homme de Mirages. Michaël Lafon ne s’est pas mal défendu non plus, même la croix qu’a mis ma voisine en face de son nom soit peut-être davantage du à la beauté de son visage (c’est le joueur de flûte de la Fille mal gardée ; il était mieux cheveux libres et pantalon large – mais je m’égare là, heureusement que ça fait une pseudo transition avec le suivant). Le Colas de Takeru Coste m’a bien plu. Alexandre Carniato manquait un peu d’étoffe pour danser Abderam. Le prince de la Belle au bois dormant de Julien Cozette a été carrément crapauteux. On croit un instant que ça va être bien et – non. De famille ? Quant à Adrien Couvez, j’ai été charmée de découvrir grâce à lui une chorégraphie de José Montalvo, le Rire de la lyre, très inspirant malgré la réaction éponyme qu’il a déclenchée chez les gamins alentours. (Gros bug mémoire – Speaking in tongues de Taylor et Andréauria d’Edouard Lock ne suscitent aucune image dans mon crâne de piaf ; pourtant des choses à moi inconnues – qui avaient du me plaire – bon, je refais un tour de bocal et je vous dis si ça me revient).


 

Les coryphées concouraient sous le signe de Casse-Noisette, mais version Noureev pour ces messieurs ; variation du prince, acte II, dont l’une des difficultés les plus visibles était le manège de posé temps levé battu suivi d’un saut de basque double (moi et la dénomination des pas…) aux virages mal négociés, lorsqu’il n’était pas aplati en deux traversées, et l’autre, le tour en dedans dans la foulée de l’en-dehors, qui a donné lieu à maints déséquilibres (j’ai le souvenir d’une main par terre – à moins que ce ne soit chez les quadrilles). Je ne saurais plus trop dire comment chacun s’en est tiré - ça se tenait plus ou moins. Yannick Bittencourt avait la classe – et moi quelques têtes que j’aime bien, comme Axel Ibot (dont la fougue à présent assagie m’avait plue lors du premier concours que j’avais vu, où il était quadrille) ou Allister Madin, qui m’avait bien fait rire dans La Fille mal gardée, et que vous pouvez reconnaître sur cette vidéo de très mauvaise qualité grâce à ses fameux collants costumisés par sa maman (le jeune homme prend soin de ses affaires, il avait déjà ce vert-là avec des palmiers au stage de Biarritz que j’avais fait il y a bien trois ou quatre ans. Il sortait de l’Ecole ce me semble, et faisait un défilé de tenues colorées – les collants roses étaient violents aussi, mais peut-être pas autant que celui à losanges).

Côté libre, c’est encore plus éclectique ; un Lacotte est pris en sandwich entre deux Forsythe, l’Approximate Sonata de Gégory Gaillard étant moins approximative qu’Yvon Demol dans In the middle, somewhat elevated, justement un peu trop dans le middle – on aimerait plus d’extrémité, plus de souplesse dans les ondulations et déhanchés. Axel Ibot pas mal dans Dances at a Gathering, if memory serves – mais je fais un peu une soupe de toutes ces robbineries. Le Basile de Florimond Lorieux passait bien, même si ma voisine déplorait que l’ami de son fils ne soit pas très en forme. Malgré (ou à cause de ?) la prétention dont il me donne parfois l’impression, Allister Madin n’était pas à son mieux en Roméo – et puis la chemise blanche ouverte sur tous ces poils, non (oui, je sais, j’ai un peu abusé des jumelles en cette journée masculine. De fort beaux gosses dans le lot, tout de même. Quand j’ai réalisé cela, j’ai du reconsidérer le délit de sale gueule dont je rends passible Ganio : ce n’est pas d’être beau gosse, en fin de compte, c’est de montrer qu’il en a conscience et de jouer de sa figure de jeune premier). Du Paquita bien technique par Marc Moreau et Fabien Revillon. Daniel Stokes (je ne crois pas l’avoir jamais vu) a provoqué quelque surprise en nous montrant que Vaslaw était une chorégraphie unisexe – les sauts rendent mieux que chez les filles, cependant qu’elles maîtrisaient mieux les contractions (pas le terme, mais je commence à en avoir aussi marre que vous). Matthieu Botto a joué avec le feu en reprenant la variation des quadrilles et s’est brûlé en la dansant comme un bourrin. D’autant plus violent qu’il faisait suite à la variation lente de Siegrfried, que Yannick Bittencourt avait royalement déployée. Les juxtapositions malheureuses sont l’un des aspects du concours. Avec sa courte variation de Paquita, Marc Moreau ne nous a pas laissé le temps de sortir du Frollo magistral de Cyril Mitilian, dont l’interprétation a provoqué une qualité d’attention comparable à celle de Sabrina Mallem chez les filles. Lorsque sa main se met à tourner brusquement, on sent qu’elle devient étrangère au corps de Frollo contre lequel elle se tourne, comme si elle le gangrenait peu à peu de sa folie.

 

Je déjeune avec ma voisine, bientôt rejointe par un ami à elle, danseur amateur à raison de trois cours par semaine (un adulte, et un homme, par-dessus le marché – plutôt rare), lui aussi fan de Mathilde.

 


Les sujets se sont dans l’ensemble plutôt bien tiré de la variation de Solor du deuxième acte de la Bayadère, à part un manège pris à contretemps durant lequel on entendait la pianiste et accélérer désespérément pour rattraper l’étourdi qui se croyait pris de vitesse et ne ralentissait donc pas, et un ratage qui faisait tache dans la variation de Bruno Bouché (d’aucuns sont allés jusqu’au jeu de mot peu charitable que je ne rapporterai pas parce qu’il ne fait pas partie des mes boucs émissaires, ayant été un bon professeur lors d’un stage à Roissy s’est rattrapé dans Sylvia – même si son Orion n’était pas non plus cosmique). Je serais bien incapable de faire un choix parmi cette classe plutôt homogène et où même ceux qui en ont l’étoffe manquent encore un peu de carrure pour devenir premier danseur. Alors qu’en quadrille et coryphées, les garçons ont plus de prestance que les filles, la tendance s’inverse chez les sujets, où les danseuses sont beaucoup plus matures et accomplies que leurs homologues masculins. La qualité n’est pas telle qu’on se croirait en spectacle.

Le pyjama rouge de Mallory Gaudion ne m’a pas du tout endormie face à sa Suite of dances (je n’aurais pas imaginé de la danse sur cette musique, c’est marrant) – en revanche, j’ai dû voir le Other dances de Yann Saïz en état de somnambulisme. Trop de Robbins tue Robbins. Avec se pattes de mouche et sa silhouette frêle (quoique fort à mon goût, comme j’ai pu le vérifier dans Amoveo), Don José n’était clairement pas le rôle indiqué pour Josua Hoffalt qui manque de carrure au propre comme au figuré pour jouer au toréador. C’est passé de justesse, hole ! Aurélien Houette avait beaucoup de gueule en Abderam (aux jumelles, je vous assure qu’il avait un sabre laser en guise de regard), mais pas assez de solidité pour maintenir le tout. J’ai pu admirer Audric Bezard en Des Grieux, même si je l’ai préféré dans Proust ou... la première fois où je l’ai vu, et dans Genus la semaine dernière : un danseur immense et à la beauté tout sauf insipide… qu’on le laisse s’affiner autant que ses jambes nerveuses, et on n’aura plus qu’à déguster. J’ai eu le plaisir de prendre une dernière rasade de Roland Petit avec le Fantôme de l’opéra de Julien Meyzendi, pas mal mais dont l’interprétation n’était pas à la hauteur du Frollo de Mitilian, par exemple. Vincent Chaillet a clos les hostilités en dansant Arépo avec plus de force et de rythme que ne l’avait fait Sébastien Bertaud chez les coryphées. J’avais les épaules qui me démangeaient en sortant, mais j’ai descendu sagement les marches du métro en posant la pointe du pied et pas seulement les talons.

 

Les résultats

 

Coryphées

Monsieur Yann CHAILLOUX (25 ans)
Monsieur Adrien COUVEZ (28 ans)
Monsieur Mickaël LAFON (21 ans)

 

Evidence pour le premier, curiosité pour le deuxième et volontiers pour le troisième. Couvez et le Rire de la lyre après la miss Boucaud et Apollon… l’invocation aux Muses marche bien !

 

Sujets
Monsieur Florimond LORIEUX (22 ans)
Monsieur Fabien RÉVILLON (23 ans)

Mais où diable est Yannick Bittencourt ? (et pourtant, je ne suis pas fan des princes, d’habitude..). J’aurais bien vu Mitilian aussi pour son Frollo, mais comme je ne me souviens plus de son imposée, je me tais.

 

Premiers Danseurs
Monsieur Josua HOFFALT (25 ans)
Monsieur Vincent CHAILLET (25 ans)

J’aurais bien aimé Audric Bezard aussi, mais il y a sûrement du souhait de midinette là-dedans.

 

22 novembre 2009

Concours du corps de ballet de l’Opéra, les dames d’abord 2/3

Mercredi 18 novembre, Garnier.

 

Les quadrilles avaient pour variation imposée le Grand pas classique, de Victor Gsovsky (si vous voulez un modèle qui ne vous donnera absolument aucune idée des difficultés, cliquez ici) . Outre l’équilibre et la trajectoire dans le morceau de bravoure final, les différences pouvaient s’apprécier dans les cinquièmes plus ou moins longues avant de relever en attitude devant et les piqués attitude en tournant dans la diagonale du début. Il est difficile d’avoir un souvenir assez précis de chacune quand la même variation est passée dix-neuf fois et que toutes ont défilé dans le tutu blanc de concours, mais je me suis répété comme une incantation les noms de Saint-Martin et Barbeau pour ne pas les oublier (Marine Ganio, il n’y avait pas de risque - Hilaire, Cozette, Moreau… c’est dingue ces dynasties familiales où les danseurs vont par paire !) pour ce qu’elles me paraissaient sortir du lot. Techniquement – c’est d’abord ce qu’on leur demande pour devenir coryphée. Aucune cependant n’avait l’aisance de Mathilde Froustey, dont je me souviens encore quelques quatre ans après (seul autre concours de promotion interne auquel j’ai assisté) ; elle semblait presque nous narguer par son aisance.

 

La variété des libres en facilite le souvenir. Certaines sont appréciables sans pour autant laisser de souvenir impérissables, comme Leïla Dilhac dans Emeraudes, Claire Gandofli dans Giselle ou Sophie Parcen en première Ombre de la Bayadère. Inversement, je me suis parfois demandé si ce n’était pas le choix de la variation qui me plaisait davantage que son interprétation (mais savoir choisir ce qui vous convient est déjà une immense qualité en soi), l’Esméralda de Roland Petit plus que Valentine Cosalante, ou Vaslaw de Neumeier plus que Miho Fuji (choix vraiment personnel au milieu de ses très classiques camarades de classe). Encore que cette dernière variation ayant été à nouveau dansée par la suite, je dois dire que la première version m’a plutôt bien plu. C’est aussi un des grands intérêts du concours : non seulement, on peut voir chaque danseur seul dans des rôles de solistes, mais on peut également découvrir des variations ou avoir le plaisir de revoir celles qui sont tirées de ballets peu souvent donnés.

Certaines tendances se dégagent, comme un amour certain pour Suite en blanc : une splendide Sérénade par Silvia-Christel Saint-Martin (à quoi pensent les parents ? quand on a un nom composé on ne décompose pas aussi le prénom !), une élégante Cigarette par Léonore Baulac et deux Flûtes à la suite (enivrez-vous !) par Gwenaëlle Vauthier et Jennifer Visocchi (c’est malin, du coup, je ne me rappelle plus qui est qui).

Pour tâcher d’achever le passage en revue, ajoutons dans le plus grand désordre une belle et solide Dulcinée par Marine Ganio (je crois que je la préfère à son frère) ; les promesses de Peggy Dussort en Paquita qui a de beaux bras et une certaine présence qui mérite d’être soutenue par une technique plus solide encore ; l’autre Paquita de la très belle Marion Barbeau ; une reine des Dryades catastrophique par Lucie Mateci, dont la technique ne suit absolument pas la belle ligne (il ne suffit pas d’avoir des levés de jambes - sans rire, je l’ai travaillée cette variation et même moi, je passe mieux les fouettés – enfin, je les tiens, quoi) ; la Juliette très dansante (toutes devraient l’être, me direz-vous, mais ce n’est pas toujours aussi fluide) d’Aubane Philbert, et la délicieuse liane qu’est Laure-Adélaïda Boucaud dans une variation d’Apollon de Balanchine. Il en manque, mais c’est que la mémoire me fait défaut.

 

 

Les coryphées se sont pris les pieds dans la variation de Louise du deuxième acte de Casse-Noisette, version Neumeier. Il m’a fallu quelques filles pour comprendre la structure de la variation, tellement ça allait dans tous les sens. Mais cette version moins frontale que la Noureev me plaît bien, avec ses petits ports de bras au début (ça donne déjà une idée du style de chacune), ses renversés et son manège. Visiblement, les candidates ont moins aimé. Sans parler de l’arrivée du tour arabesque en dehors ou de la brusquerie des relevés arabesque, les développés et les posés tours du manège ont donné lieu à un florilège de trajectoires déviantes, déséquilibres dangereux, tours finis sur demi-pointes voire à pied plat, arrivées escamotées ou presque de profil, secousses et tressautements en tous genres pour finir coûte que coûte. Seule Eléonore Guérineau a enlevé le tout avec un formidable aplomb. Mais visiblement, son physique (de même que celui de Marine Ganio ?) n’est pas du goût de tout le monde, puisque malgré l’éclat de sa technique dans son totale Casse-Noisette (version Noureev dans sa libre), elle n’a pas été nommée. Passer au milieu d’anorexiques ou assimilées n’aide pas non plus.

 

Nous avons eu le droit en libres à quelques reprises de variations déjà choisies par les quadrilles : après L. D., j’ai vérifié que je commençais à apprécier Emeraudes avec Fanny Gorse. Laurène Lèvy a repris Roméo et Juliette à la suite d’Aubane Philbert, sans que la différence de garde soit flagrante. Sinon, en général, c’est amusant de voir la même variation prendre plus de relief en montant de niveau : Fanny Gorse avait plus de piquant que D., par exemple (enfin, dans l’étroite mesure où Emeraude le permet, puisque le piment rouge, c’est davantage l’affaire des rubis), et la Dulcinée de Pauline Verdusen était plus aboutie que celle de Marine Ganio - qui n’a pas démérité. Charlotte Ranson a donné à sa variation de Vaslaw moins de violence et plus d’épaisseur que sa benjamine (par rapport au grade – je n’ai aucune idée de leur âge) qui avait cependant pour elle une dynamique bienvenue (je continue à préférer sa version de la jambe hissée à la seconde puis passée à en quatrième avec cambré en déséquilibre).

Après avoir raté son imposée, Juliette Gernez a été magnifique dans la variation de Marie de Clavigo (je veux voir ce ballet !). Le costume de Juliane Mathis en Manon a particulièrement traumatisé mes voisines qui l’ont abondamment commenté : trop chargé, lourd, on ne voit pas les jambes… Le cygne d’Amandine Albisson, sans être sujet à aucune flottement, ne m’a pas emballée ; c’est un peu blanc cygne et cygne blanc. Blackout sur Caroline Robert ; j’aime Robbins, mais ses chorégraphies semblent me provoquer des amnésies. Les équilibres de Lucie Clément ont été bien tenus mais ont quelque peu absorbé toute l’attention de sa Nikiya – et le maniement du panier attendu avec des déhanchés avait quelque chose de bizarre. Séverine Westermann s’est surtout fait remarquée par un choix dont l’audace tient avant tout au costume, un académique chair où se trouvent dessinés seins et pubis. Comme tous n’avaient pas remarqué la démarcation autour du cou, j’ai arrêté de regarder aux jumelles cet extrait de la Maison de Bernarda – jamais vu de Mats Ek, il faudrait.

J’ai gardé le meilleur pour la fin (relative, nous n’en sommes qu’aux quadrilles) : j’ai retrouvé la fille au port de tête sublime dont la prestance m’avait frappée dans la rivière des Diamants, il s’agit d’Héloïse Bourdon. Je suis tombée amoureuse de sa danse. Elle peut bien n’être pas la meilleure techniquement –encore que ses deux variations aient montré sa solidité- je suis prête à toute la mauvaise foi du monde pour la soutenir face à d’éventuels détracteurs. Non, mais quelle classe, quoi ! royale en Gamzatti : pas dédaigneuse, mais digne ; pas d’airs hautains, seulement de la hauteur. J’arrête, sinon je vais me mettre à jurer – mais bordel, ce qu’elle est belle !


 

Les sujets ont virevolté sur la première variation dOther dances, de Jerome Robbins. Plus on s’éloigne des quadrilles, moins c’est carré. Tout est plus lié, plus ondoyant, plus propre à révéler les personnalités (ou leur absence, parce que du Robbins plat, ça devient aussi exaltant qu’une promenade romantique au clair du sèche-linge). On arrête de se crisper sur sa chaise, il n’y a plus de crainte technique à avoir pour ce niveau, toutes sont solides, même si certaines (Mathilde Froustey, pour ne pas la nommer) sont déconcertantes d’aisance : et que je te rajoute un petit tour, et puis cette jambe, là, elle était vraiment trop basse… Mathilde est fidèle à elle-même, jambes d’acier, bras déliés, fluide, pleine de froufrousteries, ravissante en œuf de pâques (coquetterie – la plupart ont choisi de laisser flotter le ruban avec l’espèce de fleur). Evidemment, c’est un peu démonstratif ( - un peu ?! me reprend le soir une balletomane en loge impératrice ; c’est carrément démonstratif, trop, oui !), mais je ne m’en lasse pas. Tout comme ses équilibres vifs et interminables, un brin provocateurs dans sa variation de la Dulcinée. Cela me rappelle sa variation du grand pas classique où je l’avais vue, il y a quelques années – visiblement, le jury le ressent comme du foutage de gueule. Les gens manquent d’humour, vraiment ; après tout, n’est-ce pas ce que l’on regarde dans un concours ? C’est par leurs rôles au cours de l’année davantage que par deux minutes de variation que l’on peut évaluer une maturité et un potentiel artistique.

Si l’on est un peu moins Mathildecentré, on pourra rapporter l’aplomb de Sarah Kora Dayanova dans la variation de l’étoile d’Etudes –même si elle ne m’emballe pas outre mesure, de même que Charline Giezendanner dans sa Giselle paysanne (oui, bon…) et Christelle Garnier en Manon Lescaut (je ne sais pas si c’est en qualité de plus haute gradée, mais elle a hérité d’un costume moins frange de tapis et pompons de rideau que Juliane Mathis, quoique encore un peu trop chargé). Je n’ai remarqué Ludmila Pagliero que par le choix de sa variation, vu que j’aime bien Roland Petit ; l’interprétation était au service minimum. Alice Renavand nous a permis de revoir la variation de Marie de Clavigo avec plaisir. Caroline Bance a quant à elle émit quelques Signes envers le jury, qui n’a pas du capter l’interprète qu’elle pourrait devenir ; il faut en effet pas mal de présence pour captiver le regard avec des gestes lents, précis, éloignés du spectaculaire. Elle m’a donné envie d’acheter le DVD, tiens, en attendant que la chorégraphie de Carlson soit à nouveau programmée. Il faut dire aussi, pour plus de justesse, que son imposée manquait de relief : tout était nivelé, tant au point de vue de la hauteur de jambe que des accents, gommés. Non, celle qui aurait pu jeter de l’Ombre sur ses concurrentes, c’est Sabrina Mallem dans Mirages. Rien que son doigt ganté pointé… plus un gamin ne parlait dans l’amphithéâtre ; j’ai oublié leur présence jusqu’à ce que l’un d’eux lâche un « wow, ça donne des frissons » (ou quelque chose dans ce goût-là, j’étais en train d’émerger) à la fin.

 

 

Les résultats

 

Coryphées
Mademoiselle Laure-Adélaïde BOUCAUD (20 ans)
Mademoiselle Aubane PHILBERT (21 ans)
Mademoiselle Valentine COLASANTE (20 ans)

 

La dernière ne m’avait pas spécialement marquée (entre elle et la nouvelle première danseuse, Roland Petit s’avère payant), mais j’acquiesce pour les deux premières, bien qu’elles eussent dû être précédées de mademoiselle Saint-Martin, oubli un peu trop évident.

 

 

Sujets
Mademoiselle Amandine ALBISSON (20 ans)
Mademoiselle Héloïse BOURDON (18 ans)
Mademoiselle Sévérine WESTERMANN (28 ans)

 

Ma favorite a été promue, je leur passe le reste (d’autant qu’il paraît qu’Albisson est mieux d’habitude), je n’ai pas d’avis que la question. 18 ans seulement… Entre la ressemblance, le prénom et l’âge, je me demande s’il ne s’agirait pas de la nièce de Yannick Stephan, que j’avais croisé à Verneuil-sur-Avre il y a hum quatre ans, je dirais. Si c’est elle, en plus d’être fantastique, elle est d'une extrême gentillesse.

 

 

Première Danseuse
Mademoiselle Ludmila PAGLIERO (26 ans)

 

C’est l’aberration du concours. Et dire qu’elle peut théoriquement être nommée étoile à tout moment - ce dont elle n’a pas du tout la trempe. En loge Impératrice, le soir même :

« - Elle va rester première danseuse, toute sa vie, voilà tout ».

L’interlocutrice émet quelques doutes craintifs par un contre-exemple : « - Enfin, Emilie Cozette… ».