Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 juillet 2006

Avis de passage

Si vous avez vu il y a deux jours,
à Lyon, sur la place Bellecour, à cheval sur un muret
deux filles en tongs
en train de manger avec les doigts une boîte de conserve de haricots extra-fins (préalablement égouttée auprès d’un arbre),
tout en trempant des morceaux de baguette dans de la sauce chili froide,
J’étais celle avec le T-shirt rose.

Egalement disponible : la dégustation de boules blanches sur les marches entre l'Opéra et sa boulangerie.
Je sais, manger et danser sont deux composantes essentielles de ma vie.

La prochaine fois, when chicken ‘ll have teeth et que les cocherons voleront, je vous ferai plutôt le récit d’une audition réussie. Mais voyez-vous, ça ne m’est encore jamais arrivé. Alors on prend son mal en patience et l’on fait contre mauvaise fortune beau sourire et notes acides acidulées.

 

16 juin 2006

Alea jacta est. Et n'oublions pas : Errare humanum est.

              Après vous avoir filé à l’anglaise ne vous laissant filer la métaphore de la tartine (brillamment, sans même l’ éfilocher !) voici un compte rendu de cette semaine sous le signe du début d’alphabet –eh oui, après la métaphore, je fais dans la périphrase.

Lundi : Philosophie… acounamatata

        Cela signifiiiiiie que tu vivras ta viiiiiiiiiie sans aucun souciiiiiiiis, philosophiiiiiie… acounamatata ! – je suis lion, ça ne se voit pas ?

Durée : 4 heures
Coefficient : 7
Brouillon : rose
Tartine : 1.5 L, un paquet de Ti déj et un paquet de atillefine au chococlat
     

Après une hésitation d’une demi-heure entre les deux dissertations, j’ai opté pour « N’avons-nous de devoir envers autrui ? ». Si vous vous constater par vous-même à quel point quatre heures de réflexion intenses peuvent faire rassir la tartine, lisez ce qui suit. Pour une tranche de brioche avec Marie-Antoinette les courtisans, passez directement au paragraphe suivant. 

          C’est donc faire preuve d’immaturité de dire que l’on n’a de devoirs qu’envers autrui. C’est considérer le devoir comme une contrainte pesante et non comme un désir de faire le bien . Nietzsche s’est indigné contre cette conception, celle des « morales de l’ennui » qui ne nous poussent pas « à faire et à refaire une chose » et à vouloir la faire bien.
            Le devoir est obligation envers autrui mais également envers l’homme en général et, partant, envers moi. C’est par autrui que j’exerce un devor envers moi : d’une part parce que le devoir d’autrui est mon droit, d’autre part parce que c’est par mon action sur lui que je me rends digne d’être respecté et que je prends conscience de ma valeur. Ainsi que l’a très justement formulé Sartre, Autrui est le médiateur entre moi et moi-même.

Mardi : Tout ceci n’est que littérature

Durée : 2 heures (et deux mini dissert à faire, c’est une épreuve de rapidité : le bachotage par excellence)
Coefficient : 4
Brouillon : bleu
Tartine : je ne me souviens plus, je n’ai pas eu le temps de me souvenir
       

        Quand on est au lycée La Bruyère, peut-on décemment faire autre chose que de prendre cet auteur ? Autant vous dire qu’avec l’étalage de marmelade aux écorces de citations, j’ai bien courtisé le correcteur…

Mercredi : Asie OREOtale

Durée : 4 heures
Coefficent : 4
Brouillon : rose
Tartine : 1 L un paquet de petits déj

          L’Asie orientale : une aire de puissance en expansion… la puissance d’Oreo ! Je me suis même payé le luxe d’un petit croquis sur le développement en vol d’oies sauvages. Kesako ? Non, ce n’est pas une de mes métaphores tordues mais une authentique expression de géographe. Le pays le plus développé est le Japon, suivi par les dragons puis par les tigres, suivant une dynamique en forme… d’un vol d’oies sauvages ! (parce que les pas sauvages ne sont pas autorisées à voler). Les historiens géographes aiment les images : entre les volatiles et la technique du salami…


Jeudi : cup of tea et toasts à la confiture de figues


         J 'aime ça mais pas en traduction... la cuisson est indigeste

Durée : 3 heures (à l’heure de la sieste)
Coefficient : 4
Brouillon : on frise l’alterance parfaite
Tartine : only un paquet de petits-déj, mais au coco

        Confiture de figues ! Figurez-vous ! Sur des toasts… triturage de méninges pour savoir si je gardais le mot intact, mais j’ai finalement opté pour une traduction bien franchouillarde : du pain ! Bon, ceci dit, heureusement que j’avais de quoi me substanter… sans cela, je me serais endormie. A quand des sujets plus intéressants ? – demain, banane !

Vendredi : Die Zauberflöte Musik von Neil Young

Durée: 3 heures mais on aurait cru moins en voyant le nombre d’oocupants de la salle
Coefficient : trop c'est-à-dire 4
Brouillon : très boruilloné, c’est de l’allmeand et … jaune !
Tartine : banane –véridique- et Petits déj au chocolat      

            Le scoooooooooop : un sujet qui ne soit pas sur la réunification !!!!!! Die Wiedervereinigung ist fertig ! Ni de discrimination raciale, ni de relation parent-enfant (ou de manière éloignée, aber das ist ok), ni Kafka, ni Mozart ! Ca pardonnerait pesque la version qui est devenue ma version des faits : invention et erreur. Comment ça Neil Young ne ressemblait pas à un gros poupon ? puppengroβ, j’aimais bien…genre le bibundum des pneus…. Non ? dommage, vraiment. Ca fera toujours rire le correcteur… avec un peu de malchance je finirai dans les perles de cette année. Mais erreur compensée par un essai où j’ai pu écrire en allemand (les germanistes comprendrons la difficulté inhérente à cette activité)… d’accord, j’ai un peu dépassé le nombre indiqués. Otez-moi d’un doute : mindenstens veut bien dire au moins ? parce que j’ai comme l’affreux pressentiment que ca signifierait plutôt "environ" ; auquel cas la marge d’erreur est explosée.

Bilan des courses : c’était ça ? ça le bac ? Toutes les révisons pour ça ?
Ceci dit, heureusement que les épreuves ne sétalaient pas plus, je serais devenue un peu trop détendue…
Grand regret (le poupon est un remord) : je n’ai pas eu de brouillon vert.
Petit regret : je n’ai quasiment pas utilisé mes crayons de couleurs que j’avais pourtant passé une demi-heure à tailler –imaginez que vous perdez une demi-heure pendant l’épreuve à tailler vos crayons, hein, bande de moqueurs.

 

Le verdict le 3 juillet. Alea jacta est.

11 juin 2006

On en tient une couche

       

medium_ceci_n_est_pas_une_tartine.jpg

 Ceci est une IMAGE de tartine, pour commencer. Une représentation.

        Mais bien plus encore, ceci est une métaphore -collante. Ceci est l’objet de vos pires cauchemars. Le symbole de la loi de Murphy. La tartine qui tombe toujours du côté du beurre, à l’exception notoire de la fois où vous pariez qu’elle tombe du côté du pain (à moins que vous ne vous joignez au pari d’un ami en pensant qu’elle va tomber du côté du pain, auquel cas, elle se fera un plaisir de vous offrir une belle tâche à nettoyer). L’emmerdement maximum est une loi, si, si. Pas au sens d’un commandement moral (le premier qui me rappelle le rapport avec la morale, le devoir et autres amuse-gueules, je lui fait bouffer sa tartine), mais au sens d’un loi physique.

        

Il est tant de filer – pas à l’anglaise avec un scone, je vous ai vu, là, oui, vous…- mais en métaphore et basses considérations. Tout l’art de la tartine réside dans la confiture : car il est bien connu que la culture, c’est comme la confiture, moins on en a, plus on l’étale. Oui. Mais c’est sans compter sur la loi de la tartine : non contente que l’on sache peu, elle nous conduit à oublier (mais pas version Bergson avec la conservation du souvenir dans l’inconscient, ce serait trop beau : là il y a encore possibilité de repêcher ce qui (porte la) poisse.) La mie comporte des trous (rappel de l’année dernière : sous l’action de la levure, ça gonfle, le CO2 prend de la place et quand il s’en va, c’est cuit, et y’a des trous – que c’est loin le programme, c’est p’tet pas tout à fait ça… nevermind): c’est tombé par les trous de la tartine. Phrase favorite de notre chère prof d’histoire qui a tenté de combler les trous : elle a du mérite, parce que les manques sont d’origine, cuits en même temps que le pain !

 

 

         D’où des variations sur le thème –poétique ?- de la tartine (aussi appelée beurrée dans certains coins du pays de la baguette – ‘saviez pas ça, bande de croûtons ?). Et pseudo alléchants :
Bachoter ou comment s’apercevoir que les trous de la tartine sont plus grands que la tartine (rendons à César ce qui appartient à Dre – vous pensez à Mission Cléopâtre ? moi aussi).
Réviser ou comment s’apercevoir qu’il y a trop de confiture pour la tartine… écoeurant
Moins bien j’en conviens, mais c’était pour faire le pendant.Sur ce, je vous laisse savourer votre dîner : ayez une petite pensée émue pour tous les bacheliers qui vont déguster pendant la philo, demain matin. Acounamatata.

 

06 juin 2006

Champ sémantique (miné –et minant) des révisions

       Toute bonne digression dissertation commence par une définition du ou des mot(s) clef. On sort de suite un joker et on demande le Petit Larousse. Ledit dictionnaire nous informe de ce qui suit :
Révision
n.f. 1 Action de réviser.
Ca, ça s’appelle de la paraphrase et c’est grandement à éviter le J-J (non, ce ne sont PAS les initiales du précurseur du journal intime livré à l’injustice du monde extérieur). Continuons.
Réviser
v.t. (lat. revisere) 1. Examiner de nouveau, pour modifier s’il y a lieu ; revoir. Réviser son jugement.
2. Examiner en vue de réparer ; remettre en bon état de marche. Réviser un moteur.
3. Revoir ce qu’on a étudié, afin de bien l’avoir en mémoire lors d’un examen, d’un concours.

A priori ce qui nous intéresse est la troisième. Mais la deuxième rappelle que le cerveau est un muscle qui s’entretient ; tandis que la première est forte intéressante en ce qu’elle suggère que l’élève est amené à faire quelques modifications dans ses souvenirs (ne pas oublier le premier l de Pflimlin, par exemple). On touche là au nœud du problème (insertion presque discrète de la problématique) : il faut la présence de souvenirs. Ce léger détail montre que la conception de l’acte de réviser n’est pas la même pour tout le monde.

       Toutefois, commençons par ce qui est partagé : le ressenti sur la quantité de la masse du poids du… bref de la charge de travail à abattre. Vous noterez en effet qu’il n’y a que le dictionnaire pour mettre ce mot au singulier. L’élève qui aurait une révision à faire serait l’un des rares redoublants détenteurs d’une automobile (qui leur permettre d’être autonome, i.e. de se fixer des lois à eux-mêmes pour… pas de révision inopinée de la liberté ? ah bon, dommage) qui devrait passer chez le garagiste. Passons, justement. Passons à sur la vision quasi platonicienne de la révision : il n’y a pas que le désir qui puisse être comparé au tonneau des Danaïdes…

        Passé ce rappel de l’opinion commune, attaquons par derrière. Certains qui, au lieu de travailler de façon assidue et régulière, ont trop traîné sur Skyblog, ont adopté une vision du temps comparable à cette interface [ Si vous n’avez pas testé les « Votre article sera publié dans quelques minutes » et attendu quelques heures, vous ne pouvez pas réellement  comprendre ]. Ils ont donc mal apprécié la distance jusqu’au bac à sable. Pour ceux-là, le préfixe « re » est un souci : ils n’ont plus que des visions. Et comme on est loin d’être dans un songe d’une nuit d’été, les hallucinations sont plutôt cauchemardesques. On pourrait même dire que c’est la logique d’un cauchemar… ambiance kafkaïenne de rigueur.

            Les sérieux commencent par ré-apprendre. Mais un phénomène curieux fait son apparition (observez bien la métamorphose ) : ré-apprendre, re-lire, re-voir. On revient insensiblement à l’étymologie du mot : l’élève jette négligemment un coup d’œil sur le tas de classeurs, survole les feuilles (si elles ne se sont pas déjà envolées, soulevées par une douce brise d’été) et déclare qu’il les a vues. Ce qui est, vous en conviendrez, parfaitement vrai.

          Il n’y a plus guère qu’un problème : les examinateurs sauront-ils que nous avons exercé notre regard à capter toute la poétique de la feuille de cours ? Car notre œil aguerri sait maintenant du premier coup d’œil reconnaître s’il s’agit d’un polycopié,
de l’écriture de son voisin de classe qui lui a prêté ses cours,
de la calligraphie du premier de la classe à qui il a emprunté le manuscrit pour le photocopier (et éventuellment le lire)
ou plus rarement de sa propre plume.

         L’étape la plus dure : la conclusion. Qui doit non seulement conclure mais aussi ouvrir. A la lumière enténébrante de ces réflexions, nous pouvons tous voir l’évidence, c’est dur. Pour l’ouverture, vous pouvez toujours ouvrir la fenêtre, parce que je m’en vais aller mettre en pratique toutes ces belles théories.

 

Je m'excuse par avance -d'accord, à la fin- auprès de mes lecteurs qui ne seraient pas en Terminale et ne peuvent par conséquent saisir toutes les nuances d'effroi que peut éveiller un tel article.