Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 juin 2006

Champ sémantique (miné –et minant) des révisions

       Toute bonne digression dissertation commence par une définition du ou des mot(s) clef. On sort de suite un joker et on demande le Petit Larousse. Ledit dictionnaire nous informe de ce qui suit :
Révision
n.f. 1 Action de réviser.
Ca, ça s’appelle de la paraphrase et c’est grandement à éviter le J-J (non, ce ne sont PAS les initiales du précurseur du journal intime livré à l’injustice du monde extérieur). Continuons.
Réviser
v.t. (lat. revisere) 1. Examiner de nouveau, pour modifier s’il y a lieu ; revoir. Réviser son jugement.
2. Examiner en vue de réparer ; remettre en bon état de marche. Réviser un moteur.
3. Revoir ce qu’on a étudié, afin de bien l’avoir en mémoire lors d’un examen, d’un concours.

A priori ce qui nous intéresse est la troisième. Mais la deuxième rappelle que le cerveau est un muscle qui s’entretient ; tandis que la première est forte intéressante en ce qu’elle suggère que l’élève est amené à faire quelques modifications dans ses souvenirs (ne pas oublier le premier l de Pflimlin, par exemple). On touche là au nœud du problème (insertion presque discrète de la problématique) : il faut la présence de souvenirs. Ce léger détail montre que la conception de l’acte de réviser n’est pas la même pour tout le monde.

       Toutefois, commençons par ce qui est partagé : le ressenti sur la quantité de la masse du poids du… bref de la charge de travail à abattre. Vous noterez en effet qu’il n’y a que le dictionnaire pour mettre ce mot au singulier. L’élève qui aurait une révision à faire serait l’un des rares redoublants détenteurs d’une automobile (qui leur permettre d’être autonome, i.e. de se fixer des lois à eux-mêmes pour… pas de révision inopinée de la liberté ? ah bon, dommage) qui devrait passer chez le garagiste. Passons, justement. Passons à sur la vision quasi platonicienne de la révision : il n’y a pas que le désir qui puisse être comparé au tonneau des Danaïdes…

        Passé ce rappel de l’opinion commune, attaquons par derrière. Certains qui, au lieu de travailler de façon assidue et régulière, ont trop traîné sur Skyblog, ont adopté une vision du temps comparable à cette interface [ Si vous n’avez pas testé les « Votre article sera publié dans quelques minutes » et attendu quelques heures, vous ne pouvez pas réellement  comprendre ]. Ils ont donc mal apprécié la distance jusqu’au bac à sable. Pour ceux-là, le préfixe « re » est un souci : ils n’ont plus que des visions. Et comme on est loin d’être dans un songe d’une nuit d’été, les hallucinations sont plutôt cauchemardesques. On pourrait même dire que c’est la logique d’un cauchemar… ambiance kafkaïenne de rigueur.

            Les sérieux commencent par ré-apprendre. Mais un phénomène curieux fait son apparition (observez bien la métamorphose ) : ré-apprendre, re-lire, re-voir. On revient insensiblement à l’étymologie du mot : l’élève jette négligemment un coup d’œil sur le tas de classeurs, survole les feuilles (si elles ne se sont pas déjà envolées, soulevées par une douce brise d’été) et déclare qu’il les a vues. Ce qui est, vous en conviendrez, parfaitement vrai.

          Il n’y a plus guère qu’un problème : les examinateurs sauront-ils que nous avons exercé notre regard à capter toute la poétique de la feuille de cours ? Car notre œil aguerri sait maintenant du premier coup d’œil reconnaître s’il s’agit d’un polycopié,
de l’écriture de son voisin de classe qui lui a prêté ses cours,
de la calligraphie du premier de la classe à qui il a emprunté le manuscrit pour le photocopier (et éventuellment le lire)
ou plus rarement de sa propre plume.

         L’étape la plus dure : la conclusion. Qui doit non seulement conclure mais aussi ouvrir. A la lumière enténébrante de ces réflexions, nous pouvons tous voir l’évidence, c’est dur. Pour l’ouverture, vous pouvez toujours ouvrir la fenêtre, parce que je m’en vais aller mettre en pratique toutes ces belles théories.

 

Je m'excuse par avance -d'accord, à la fin- auprès de mes lecteurs qui ne seraient pas en Terminale et ne peuvent par conséquent saisir toutes les nuances d'effroi que peut éveiller un tel article.

20 mai 2006

Ce n'était pas la peine d'en faire une Histoire

 

    Face à l'Histoire et sa grande hache...

     ... l'Elève et son grand euh...

   Voilà les âneries que m'ont inspirées les révisions d'une centaine de pages d'histoire sur notre détestée douce France. Ceci dit, les rédacteurs du manuel n'étaient pas mal dans leur genre. Morceaux choisis :

Dans le chapitre "Economie, société et culture en France de 1945 à nos jours", la leçon "De 40 à 60 millions de consommateurs" nous apprend (louable effort) qu'"en 1968, la télévision s'offre aux spots commerciaux ; quatre ans plus tard, la "mère Denis" devient une star du petit écran en assurant la promotion des machines à laver Vedette." Otez-moi d'un doute : on ne parlera tout de même pas de Loft Story et Star Academy dans les prochains manuels ? Et s'il faut faire un choix de pubs, je vais vous faire une sélection, vous allez voir...

Dans "La France dans le monde de 1945 à nos jours", le "rayonnement culturel" de l'hexagone nous éblouit : "En défendant le français, la seule langue universelle avec l'anglais (puis-je rappeler que l'univers ne se réduit pas à un bout d'Europe, d'Afrique et au Canada ?), et au-delà la diversité culturelle, la France apparaît à beaucoup (il ne faut jamais prendre son cas pour une généralité, messieurs) comme une alternative à l'hégémonie des Etats-Unis. La francophonie est donc un enjeu important en ce début du XXIème siècle. (no comment)" Et la marmotte...

        Et après cela, on nous fait un cours sur la mémoire et l'histoire : les "troubles de la mémoire collective" ne sont pas uniquement réservés aux ancêtres ! A ce niveau-là, ce n'est plus du souvenir, mais de la complaisance nostalgique dans un passé disparu.

        Trèfle trêve de plaisanteries... nous avons cette année un programme intéressant et qui se tient, alors n'allez pas voir la critique acerbe derrière la raillerie (rayerie ?) innocente. Ne vous plaignez donc pas du programme surchargé ; allez plutôt lire les perles de notre professeur chez Marion, elles en valent le détour. Un extrait qui devrait vous pousser à la lecture - puisque l'interdiction suscite généralment la curiosité : "Mes conneries, vous les pensez, vous les dites, mais vous ne les écrivez pas." Il aurait pourtant été dommage de s'en priver.

14 mai 2006

Brèves de souris

Resumé-je bien la situation en vous donnant mes derniers pseudos msn ?

     Vive le Gaffiot !!!
     Bac danse réussiiiiiiiiiiiiiiiiiii
     Bac danse réussiiiiiiiiiiiiiiiiiii Comment ça faut que je me mette à bosser l'anglais ?
     La stakhanoviste du text commentary

Petit rajout (vous ne voulez pas le dénouement ?)
     Le mythe stakhanoviste débouloné : c'est l'histoire.

16 avril 2006

Non cogito ergo bla-blam dico

Photobucket - Video and Image Hosting

 

         

             Je me dois de vous raconter l’expérience que j’ai faite des hautes sphères pseudo intellectuelles. Le genre que je me plais à parodier en portant la main au front, en prenant un air las (prononcez laaaaas) et une voix pincée qui débite négligemment une suite de conjonctions qui ne coordonnent que le vide de l’esprit. Je ne citerai aucun nom, car aucun ne le mérite.
La chose informe.
C’est une mascarade de mots.
C’est une performance de danse suivie d’une conférence-débat.
C’est une gesticulation sur bruits dont j’ai été l’interprète avec mes camarades d’infortune de cours, d’après les dires du bruiteur compositeur.
Aucun propos, du mouvement vide de sens, vide de joie, vide de vie, vide de creux. Rien. Ca en résonne. Les coups de gong et autres perce tympans n’en sont que plus vifs. Et ça se veut un hommage à Ravel, une évocation de l’Orient. J’ai cru que j’allais étouffer à force de retenir le rire qui me tenaillait. Danse dehors dans le froid. Certaines ont attrapé la crève. Conférence d’auto-congratulation : « Alors, je voulais juste prendre la parole… Moi aussi j’ai fait (pas grand-chose mais beaucoup de bruit) et j’approuve totalement. Je suis d’accord (Qui le serait, sinon ?). (Bla-bla en longueur blaaaaaaaaaaaaaaaaaaa-blaaaaaaaaa). Mais je ne voudrais pas monopoliser la parole (nooon ; il est juste sur le point d’arracher le micro tellement il le serre ; c’est maladif, comme un besoin de reconnaissance pour ce que, j’espère, il sait au fond de lui être un ratage complet) ».
Et le débat. Masturbation intellectuelle, ainsi que l’a justement formulé ma mère. Et que je te tourne autour du pot, et que je m’élève dans les hautes sphères du n’importe-nawak pour finalement retomber dans ledit pot. Ca pique les épines. C’est le risque lorsqu’on s’envoie des roses. Pas de pot (aux roses).
          Et dire que par un malheureux concours de circonstances, c’est une photo de moi dans une composition à moi (modeste, certes – la composition, pas moi) qui a illustré la chose.