Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 juin 2005

JJ

JJ comme Jour J mais aussi comme Jean-Jacques Rousseau. Je suis tombée sur le "vol des pommes " des Confessions. A priori pas trop trop dur. Mais l'examinatrice était assez déstabilisante, sans arrêt à me couper la parole (ça ne l'intéresse pas ce que je lui raconte?). Figure mi-sympathique mi-démon-sur-les-bords... Ahhhgggrr !!j'ai mis des points de suspension ! Quelle horreur ! Je vais être traumatisée sur mon signe de ponctuation préféré : elle a passé au moins trois minutes sur des points de supsension pour me faire dire une remarque que j'avais déjà formulée autrement auparavant. C'est long trois minutes quand vous baratinez pour combler le silence. Petite sensation d'enlisement.

Toujours des questions, encore des questions (ma parole, c'est du harcelement) pour me faire cracher ce que je viens de dire... ex : Dans quel but Rousseau écrit-il ses Confessions ? - Pour s'autojustifier. -Pas vraiment, c'est pour se ... se... (elle veut me faire avouer)... se réhabiliter.
Peut-on m'expliquer la différence profonde entre ces deux termes ?

Puis des erreurs : non, non Rousseau ne s'est pas arrêté à 9 volumes, il a pensé qu'il valait mieux qu'il y ait 3 chance supplémentaires de pourrir la vie aux générations futures ! + oubli total de mentioner la connotation biblique des pommes (honte sur moi ). Les particularités de l'autobiographie ? Le narrateur = auteur = écrivain... oups petit pléonasme. La réponse était la suivante : auteur = narrateur = héros, sujet principal.

Ensuite elle m'a soutenu que le "tu" de Lambeaux ne s'adressait pas du tout au lecteur (même pas un tout petit peu?) et que dans la partie autobiographique, le pronom renvoyait à lui-même (ce qui differe énormement, vous en conviendrez, de ma réponse : il renvoie à "un autre lui-même, il y a un dédoublement").

Bref, je vais arrêter là les lamentations... La dernière fois, au bac blanc, je ne trouvais pas ça génial et j'ai quand même eu 17. De plus, les questions sont à double tranchant : soit elles aident à « réamorcer la pompe », à aider le pauvre élève en difficulté, soit elles ont pour but de pousser l’élève (brillant) à son maximum pour voir jusqu’où il peut aller (n’importe où, mais très loin de la salle d’examen ! !) … non ?
A la fin, elle m’a demandé ce que j’avais aimé cette année (Les liaisons dangereuses, quelle question !) et quel sujet j’avais choisi à l’écrit : la dissert… euh, la dissertation – C’était un bon choix ! (Sous-entendu 1 : vous avez de quoi argumenter. Sous-entendu 2 : vaut mieux, vu que vous n’arrivez pas à commenter un texte !).

Teckel, belette et panthère, il va falloir me dire sur quoi vous êtes tombées… Je suis désolée de n’avoir pas réussi à arrêter le robinet des pleurnicheries- ça doit être un mimétisme avec le temps. Et merci à ceux qui m’avaient souhaité bonne chance ( je peux enfin répondre, ça ne peut plus me porter la poisse). Rendez-vous le 7 juillet pour le verdict.

PS : désolée pour les éventuelles fautes de frappe ou coquilles, mais le texte est trop long pour que je le relise)

22 juin 2005

J-1

C'est demain l'oral de français... Ils m'envoient à petaouchnok alors qu'une de mes copines le passe dans un bled à côté de chez moi et qui, pour elle est assez loin. C'est la loi de l'emmerdement maximum. Elle marche pour tout, surtout les tartines : elles tombent toujours du côté du beurre (ou du Nutella, c'est encore mieux- à la fois pour le goût et pour la tache). Pour en revenir au bac... Il va falloir connecter ses neurones (la prof d'histoire dirait que c'est bien, ça prouve qu'on en a plusieurs) pour éblouir le gentil examinateur. Le problème, c'est qu'avec la chaleur les neurones ont tendance à griller...

21 juin 2005

Y'a d'la joie

Bonjour bonjour les hirondelles...
Y'a d'la joie
Et du soleil dans les ruelles
Y'a d'la joie, partout y'a d'la joie.

Chez certains, le printemps fait l'effet de cette chanson... Tout à l'heure, un vendeur a appelé. Comme il ne se présente pas :
"- C'est de la part de qui?
- De la société °°° (comme tous ces commercials, on ne comprend pas la moitié de ce qu'ils disent, il y a toujours un brouaha derrière eux). Je voudrais parler à Mr ou Mme °°° (monsieur et madame n'ont pas le même nom, ils ne sont pas au point leurs fichiers)
- Ils ne sont pas là (en plus, c'était vrai)
- Quand pourrai-je les rappeler? (on sent bien le futur dans le voix et non le conditionnel)
- D'ici une heure, une heure et demie, pas avant.
- (d'un ton enjoué) Mais qu'est-ce qu'une heure dans la vie? Un instant!"

Carpe diem.

Carte à blog

Pour découvrir le plan des blogs de l'Ile de France, c'est ici. Vous pouvez dire merci à Doubl'M, c'est d'après son blog que j'ai découvert le site...