Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 juin 2005

Question idiote

Sincèrement, qu'y a-t-il de meilleur qu'un cheesecake à part un cheesecake dont la pâte est faite de granolas émiettés et mélangés à du beurre? Hein?
(D'accord mon choix n'est sûrement pas impartial du fait de ma condition de souris, mais quand même...)

Ré-visions de cauchemard

Plus que trois textes à réviser. Ca sonne comme un cri de libération. Dans deux jours à 17h environ, j'aurais passé mon oral et je serai en vacances !! Et je me demanderai pourquoi j'ai passé tant de temps le classeur de français sur les genoux pour finalement
1° tomber sur un texte si facile que j'aurais pu me dispenser de le revoir ou
2° me retrouver avec le texte que je déteste le plus (sur 40, ce serait vraiment de la malchance) et que les révisions n'ont pas rendu plus clair. Bref, réviser est un besoin purement psychologique pour se calmer les nerfs et se dire en cas d'échec :

"Ce n'est pas ma faute" .

C'est celle de (cochez la mention correspondante) :
o Voltaire (c'est vrai, que peut-on répondre à "Candide est-il un homme de devoir?" à part quand on assure comme la belette?)
o Valmont (mais peut-on lui résister? tekkel? belette? Marie, surtout qui a mis une option sur lui. Votre avis.. hum?)
o V V L ou un homologue (pour les 2 ou 3 surfeurs échoués sur ma lagune, veuillez me pardonner cette "private joke")
o Voilà, la fatalité ( Oreste est-il ou non libre de ses choix chez Eschyle, Sophocle, Giraudoux et Sartre? Argumentez [sinon ce n'est pas drôle])
o voyez-vous autre chose?

17 juin 2005

Entraînement à l'argumentation (objet d'étude n°2)

Tout d'abord la thèse: lorsque l'on fait du sport, le plus grand effort à fournir n'est pas d'y être mais d'y aller.
Argument n°1: il faut un certain courage moral pour se lever de son fauteuil où l'on était juste en train de lire un bouquin génial tout en sirotant un Coca.
Argument n°2 : si, si ! y aller ( ou en revenir ) demande aussi un effort physique.
- ex 1 : on est pressé de revenir au lycée pour avoir le temps d'avaler les ersatzs auxquels on donne le nom de nourriture. Le tout, bien entendu avant que le lycée entier arrive et vous piétine dans la cohue générale. 9 fois sur 10 on arrive alors que tout le monde est déjà là, mais on continuer à courrir sur le trajet gymnase-lycée pour les 1/10èmes de fois. Cet exemple ne marche que pour certains emplois du temps (dont le mien l'année dernière)
-ex 2 : on est tranquillement en train de raconter sa vie sur son blog tout beau tout neuf quand on jette un coup d'oeil rapide vers l'heure, en bas à droite de l'écran, en tout petit. Et là, enfer et damnation, le retard est certain. C'est comme ça qu'avant-hier je me suis retrouvée à courir comme une dératée pour attraper le bus qui devait m'emmener à la danse. Avec évidemment le sac en bandoulière qui fait tanguer sur le côté, les cheveux pas attachés faute de temps... Résultats des courses ( c'est le cas de le dire) : 12 minutes pour la distance que l'on parcourt d'habitude en une demie-heure ou trois quarts d'heure + 3 minutes à attendre le bus.

C'est la faute à Voltaire...

Les révisions avancent... trop lentement à mon goût.

medium_sourisvoltaire.jpg