Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 septembre 2005

Rentrée... rentrez chez vous

    Les meilleures choses ont une fin. Soit. Mais pourquoi cette fin met-elle plus rapidement un terme aux bonnes qu'aux mauvaises choses ?  Parce que  le temps passe plus vite quand  on se divertit. D'accord. Je me suis beaucoup amusée pendant les vacances et voici déjà la rentrée. Avec son protocole :

    1° Tous les lycéens se rassemblent devant le lycée. En marchant, on voit des Eastpack partout alors qu'on s'était plutôt habitués à la vue des sacs de plage. Premier coup rude. Donc rassemblement d'une horde de loup hagards absolument pas affamés par le programme scolaire.
    2° Les loups prennent des allures de moutons de panurges quand ils passent la porte de l'établissement scolaire, tous en même temps car aucun ne consentirait à rentrer avant les autres. Surtout pour s'assoir dans la cantine, pardon, le réfectoire.
    3° Discours du proviseur qui rabâche chaque année la même chose (et pourtant je ne suis là que pour la deuxième année, c'est dire). Ton monocorde, cherche ses mots. Pause. UN mot. Deux mots. Pause. Bla bla. Aurait-il fait un petit stage chez Arte pendant la saison estivale ? Hum... non, puisque le discours est moins intéressant d'un point de vue culturel et suscite des réactions (autre que l'assoupissement).
    4° Les soupirs ont été interrompus par des clameurs saluant ou critiquant :
- l'interdiction formelle de fumer. (l'air pur a repris son droit, je cite)
- l'interdiction des téléphones et baladeurs même dehors.
- l'interdiction de s'assoir dans les couloirs. (comme l'a très justement dit Laure, ils devraient nous mettre des bancs.)
- la mise en place de plans de classe. (du délire pur, de l'avis général)
- l'ouverture plus régulière du CDI. Le doute est permis.
Le proviseur nous annonce le pourcentage de réussite au bac de nos prédecesseurs : 94%. On n'attend que nous pour les 100%. Ben voyons. Nous sommes là pour travailler (l'italique s'entend même dans ses paroles) et puisque nous sommes au lycée et qui plus est dans une section littéraire (donc appelant de longues études supérieures), nous sommes tous "appelés à avoir notre bac"... "un jour ou l'autre" rajoute-t-il. Salle hilare.
    5° L'appel. Il s'ensuit que la classe a été explosée et que je suis restée dans la "mauvaise" partie. La loi de l'emmerdement maximum a toujours cours. Je suis ravie de l'avoir si vite vérifié. Heuresement que je garde ma Dre avec moi. Il s'ensuit également que, certes je n'ai pas la prof que je n'avait pas du tout envie de revoir, mais que je n'ai pas non plus ceux que je voulais. Ne critiquons cependant pas avant d'apprécier la nouveauté. Même si elle se présente sous la forme d'un prof de philo aux allures Einsten-je-suis-un-fantôme-et-j'erre-dans-les-couloirs.
    6° L'emploi du temps, pour une fois, ne ressemble pas  à un morceau de gruyère.  (Ma condition de souris va en prendre un coup). Je commence tous les jours à 8h15 mais finis en contrepartie tôt. Un prêté pour un rendu qui va me permettre d'aller à mes cours de danse. Pas mal!
    7° Distribution de la paperasse administrative et lecture (avec les commentaires qui se veulent drôles mais ne font que casser la monotonie de la prose juridique).
    8° Soupir de connivence à l'entrée du CDI. Remise des bouqins : en bon état! Youpi! (Est-ce normal que le livre de philo ne présente que des extraits de texte et pas de leçon ou de résumé - ni d'image ?)
    9° On se souhaite un bon week-end. Avant l'effort, le réconfort, que diable !

Flash info

Juste une petite note pour vous informer que, si les couinements de mimylasouris restent ici, ses dessins déménagent . Même si je n'aime pas trop le style de Skyblog, c'est la seule plateforme d'hébérgement gratuite et illimitée permettant une certaine qualité d'image que j'ai trouvée.

21 août 2005

Post-it à accrocher à la porte du blog

Partie en vacances au soleil. Vous êtes débarassés de moi pour une durée de 10 jours. Savourez bien. Bonnes vacances !

18 août 2005

Hommage à... Mollebille

medium_souris_no_body.jpg
Voilà des personnages hauts en couleur qui donnent du fil à retordre les uns aux autres ! Normal, ils sont en fils de fer. 
Les No Bodies dérident les visages par la bonne humeur qu'ils apportent.
Pour une petite cure vitaminée, cliquez.