Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 juin 2017

Let there dance light

Conceal | Reveal, Russell Maliphant au théâtre de Sceaux, les 12, 13 et 14 mai. J'avais noté les dates dans mon agenda, mais pas pris de place. En réservant un voyage pour Rome ce week-end, là, j'avais mentalement fait une croix sur la seule date qui restait.

Vendredi à 18h, j'ai eu envie de me retrouver dans le noir, dans l'avant d'une salle de spectacle. J'ai passé un coup de fil à Mum, partante, et j'ai pris deux places, au deuxième rang qui s'est révélé être le premier, le premier n'étant pas attribué.

Debout dans la salle. Tiens, je le connais lui. Danseur. Opéra. Adieux. Étoile. Nicolas. Nicolas Le Riche. Le temps que mon cerveau opère la reconnaissance, je l'ai regardé une demi-seconde de trop - je l'ai fixé. Quelques minutes plus tard, il se faufile devant nous. Je n'échangerai pas une parole avec lui, fixé sur son téléphone comme un substitut de Palpatine, mais un sympathique regard d'enthousiasme avec Clairemarie Osta : le programme est une vraie gourmandise.

Russell Maliphant chorégraphie sans esbroufe. Il n'a pas l'écho médiatique d'un Preljocaj, mais ses spectacles me marquent davantage, je crois. Ils infusent, plus secrètement.

Peu importe le style et la technique de ses interprètes, il poursuit le même geste, celui qui surgit dans l'ombre et disparaît dans la lumière. Aspirés dans une même spirale contemporaine, le hip-hop hypnotique d'Afterlight, le ballet athlétique de Spiral Twist. Les danseurs invités le sont réellement, tout à la fois mis en valeur et intégrés à la compagnie, quoique celle-ci danse toujours seule.

Dana Fouras, dont l'ombre démultipliée-démesurée peuple la scène tout juste éclairée, a quelque chose d'amateur dans le corps. Et pourtant, et partant, elle accroche étonnamment l'empathie. L'équivalent artistique d'une femme plus séduisante qu'une autre plus belle. << both, and >> La comparaison avec Déesses et démones reflue sitôt qu'elle affleure. Il n'est pas question ici de surface mais de peau.

Mum le confirmera après Two x Three : elle a quelque chose que ses compagnes n'ont pas. Une espèce de sérénité dans le mouvement - toujours dans l’œil du cyclone, peu importe la force de celui-ci. Les deux danseuses qui l'accompagnent ont une énergie différente, plus immédiate, qui se remarque moins, sauf à se faire guerrière (j'embraye immédiatement, c'est la mienne).

Lucia Lacarra est assise en boots dans les coulisses. Son regard sur la scène est aussi beau que ce qui s'y passe, quand elle regarde et quand elle danse. Je ne sais pas quel âge elle peut avoir. Son corps n'est plus qu'un long ligament et ce frêle condensé de force et de fragilité la rend incroyablement belle. Marlon Dino, dans la force de l'âge et de la virilité, la soulève et la manipule comme quelque chose de prosaïque et précieux. Spiral Twist. Leurs corps surentraînés disparaissent dans le mouvement, y renaissent en tant que corps sensibles, vacillants. Je suis si près que je vois la laque, l'épaisseur du maquillage, les tendons muscles articulations, le duvet sur les bras, la chair de poule, presque, tout à fait pour moi (cannibale de toute cette vie en suspens, de toute (cette) beauté).

En suspens reste Afterlight. Cela tourne au ralenti comme le souvenir d'une boule de neige dans son éternel tournoiement. Je découvre avoir déjà vu cette pièce, à Chaillot. Mais la proximité change tout, me dérobe les rosaces de lumière au sol et me donne leur lumière lunaire. À la fin de la pièce, Nicolas Le Riche lance les bravo que je n'ose pas crier. Douce satisfaction précédant celle du basilic qui emplit la bouche dans la fin du sandwich tomates-mozzarella.

Two x Three me rappelle, probablement à dessein, la pièce via laquelle j'ai découvert le chorégraphe : Two, un solo de Sylvie Guillem. Même jeux avec les frontières de l'ombre, mêmes bras qui écrivent (dessinent, tracent, gravent) le mouvement dans la lumière, bras katana, calligraphie de la persistance rétinienne.

Russell Maliphant danse la dernière pièce (Piece No. 43) avec ses danseurs, dans des rectangles de lumière qui les font apparaître et disparaître comme les agents spéciaux se téléportent dans les films de science-fiction. Transportant au loin, ramenant de loin, une lumière qui est toujours ailleurs. Sur scène, ce soir-là. Soirée courte, trop courte, mais dont la durée s'étend, s'éternise encore un peu plus dans le souvenir.

06 juin 2017

Domino Day dans l'arche de Noé

Les critiques de Noé étaient bonnes ; je me suis ennuyée ferme les deux tiers du spectacle. Comme obligé par son sujet, Thierry Malandain se départit de son humour, sans pour autant atteindre la force expressive d'un Preljocaj ou d'un Mats Ek. Restent des effets de vague que l'on voit arriver de loin et qui s'annulent d'eux-mêmes, jolis mais vains, pas beaucoup moins convenus que ce que l'on pouvait faire avec mes amies du conservatoire. Il faut attendre que débarque un couple en académique de nudité pour que la fatalité se lève et que les sourires s'étirent - enfin cela danse avec la jovialité-générosité qui sied si bien au chorégraphe. Quand on a une telle carrière, c'est un peu tard.

13 mai 2017

Golaud m'a tuer

Cette année, j'ai convaincu Palpatine de ne pas jouer les ratasses et nous avons pris des places à 35 € pour les opéras au théâtre des Champs-Élysées histoire de voir un peu quelque chose. Le problème, c'est que c'est exactement ça : un peu quelque chose. Genre un tiers de la scène en moins. Du coup, opération replacement… contrariée par un homme qui affirme que la place à côté de lui est prise (non) et que quelqu'un va arriver (non plus). La musique a déjà commencé, je m'installe derrière sur le strapontin de l'enfer. La vue est globalement dégagée, mais impossible de transférer le poids du corps d'une fesse sur l'autre sans faire grincer l'engin : raideur, crispation, contracture musculaire.

Les passages les plus intenses se mesurent à l'oubli de la douleur. Patricia Petibon a cappella est plus efficace que l'ibuprofène. J'oublie tout le temps de deux noms de saints égrainés d'on ne sait où ; je voudrais qu'on me récite tout le bottin divin. Mélisande est alors à la fenêtre, noyau de chaleur orientale dans les ténèbres bleutés de Brocéliande. Toute la mise en scène d'Eric Ruf épouse ainsi la simplicité du conte, jusque dans le filet de pêche capillaire déployé le long de la tour (la moumoute viking a fait rire, c'est dommage*). Un demi-cercle d'eau, d'où émergent des filets-voiles-mâts qui brillent et s'égouttent comme des harpes, et une paroi concave comme le creux d'un arbre millénaire suffisent à créer une atmosphère paradoxalement éthérée et oppressante, un univers gris-bleu** au sein duquel on est toujours déjà égaré comme au sein d'un secret - grotte, tour, chambre ou marais (j'aime particulièrement le mobile de bateaux en papier qu'Yniold promène comme une portée de canetons en lieu et place des brebis dont il est question). Quelques rochers ouvrent l'abîme, sur lesquels Pelléas et Mélisande se promèneraient gaiement si l'éclairage ne dégageait des relents volcaniques, et sur lesquels Golaud mène ensuite sans ménagement Pelléas, faisant sourdre la violence nourrie à l'encontre de ce (demi-)frère auquel il tend la main.

Jusqu'au bout, Pelléas se torture pour la vérité. À ses interrogations, Mélisande ne répond rien : la vérité ne se dit pas, ne se résume pas ; elle se déploie dans la musique, les eaux troubles de l'âme et du sentiment. Il y a adultère et il n'y a pas adultère : ce sont des enfants, répète sans cesse Golaud pour se rassurer parce que c'est là ce qui le perd***, une innocence poétique, en-deça au-delà de tout ordre social, des âmes bleuies de froids qui se réchauffent au contact l'une de l'autre, qui voudraient être aimées de tous et qui n'y peuvent mais si elles ne sont pas heureuses.

On peut parodier autant qu'on veut la fausse naïveté du livret, la simplicité résiste, se replie sur l'essentiel qu'elle protège en l'exposant. Le mystère ne se perce pas, il s'évide dans ce langage qui se ferme et se creuse sur lui-même, renvoyant chacun en lui-même. C'est toujours la surface qui est insondable, en témoigne cette eau sombre et pourtant peu profonde dans laquelle Mélisande se défait par le jeu de l'anneau qui la liait trop solennellement. On ne peut rêver mieux que Patricia Petibon pour se dérober au réalisme et aux symboles trop pesants, voix de femme, d'enfant, cristalline jusqu'au trouble ; chevelure de sorcière et de sainte préraphaélite en halo tout autour d'une lady of the ring qu'elle se refuse à cerner.

Très belle soirée, qui m'a achevée.

 

* Ce passage doit donner des sueurs froides aux metteurs en scène. Auriez-vous des exemples que vous avez trouvés réussis ? (Bonus si lien YouTube)

** Comme mon premier et unique autre Pelléas et Mélisande était mis en scène par Robert Wilson, je me demande : peut-on faire un Pelléas et Mélisande qui ne soit pas à dominante bleue ? Bleu sérénité, tristesse, nostalgie, Vierge, marine et ténèbres à peine éclaircis ?

*** Et nous avec. On est tous plus Golaud qu'on aimerait l'être. C'est un luxe de pouvoir le trouver déplaisant le temps d'une Mélisande, elle magnifique d'être mais impossible à vivre.

10 mai 2017

Concert en descrescendo

Ambiance Badoit qui pétille avec Chairman Dances, de John Adams. Je verrais bien le San Francisco danser dessus en académiques néo ou robes fluides. La scénographie : un immense cube abstrait (traits noirs, vide blanc), un cube asymptotique qui ne cesse de se remplir sans jamais être plein (la ligne de flottaison clapote). La musique soudain y bascule : nous sommes dans l'aquarium des homards, à travers lequel on perçoit, déformée, distante, aigüe, l'effervescence du service, cliquetis des couverts, ordres en cuisine, ballet des assiettes et des serveurs formés par Fred Astaire. Ça swingue et ça pétille, au ralenti, le temps de faire le tour des bulles irisées.
(Après lecture du programme, il semblerait que le cube immense soit un gigantesque portrait de Mao, qui descend de sa toile pour danser un foxtrot avec madame Mao. J'y étais presque.)

Après cette dizaine de minutes d'éclate totale et inattendue, Concerto pour violon et Hilary Hahn de Tchaïkovsky - la raison de ma venue. J'ai dû sautiller de joie à contretemps : au lieu d'être soulevée et emportée par la vague musicale, je la sens passer et se perdre l'apesanteur ; je retombe de tout mon poids sur le sable, mes pieds, le fauteuil. Je saute encore et encore, j'en trépigne, puis j'abandonne : pas assez de vent, juste une brise agréable lorsque le violon joue quasiment a cappella. Ce n'est pas cette version-ci qui aurait fait verser des larmes sur Mélanie Laurent, même si le public, probablement plus familier du film que des concerts, applaudit en plein crescendo. Palpatine est outré comme un toon ; je trouve pour ma part que ça fait chaud au cœur, cette chaleur humaine sur la chaleur orchestrale.
(Hilary Hahn, en robe champêtre à dos de plage et motifs bleus, a probablement inspiré la séquence sauter dans les vagues.)

Symphonie pas si fantastique de Berlioz. Je me garderais bien de demander des œufs mayo au chef d'orchestre (Leonard Slatkin), parce que ça ne prend pas. Pas de chantilly ni d'île flottante non plus : ça bat trop vite et ça reste mou… pas de neige, pas de paillettes, l'île est une cité engloutie. Je révise mes courbes de Bézier sur les réflecteurs du plafond et je m'entraîne à jouer du basson silencieux en gonflant les joues (la difficulté consistant à n'émettre aucun son au moment de vidanger les soupirs).
(En bis, la Barcarolle d'Hoffenbach, choix particulièrement vicieux de part sa persistance auditive. Bonne nuit d'amour à vous aussi.)