Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 février 2011

Gaufre de Bruxelles

 

 

Mais non, je ne vous ai absolument pas floués avec le titre de ce post : ne voyez-vous pas les alvéoles carrées de la gaufre dans toutes ces fenêtres à petits carreaux des façades de la Grand Place ?

N'ayez aucune crainte pour ma santé mentale morfale,  je n'ai pas manqué de manger une vraie gaufre ; il ne va pas neiger, c'est déjà fait :

 

 

Gaufre au sucre, donc. Croustillante à l'extérieure, brûlante et à peine cuite à l'intérieur, comme un de ces chichis qu'on ne trouve qu'à Sanary, parce que "chez Noune, les chichis ont un goût de paradis". Les madeleines peuvent aller se rhabiller.

16 février 2011

End of the (London) week-end

Parce qu'il faut bien en finir avec ces posts à retardement, un dernier pot pourri...

 

Smart ou snake.

Photobucket

 

Fun, si vous aussi vous avez une connaissance sémantique assez restrictive de "relatives" :

 

À deux pas d'impasses que nous avons nommées le Londres de Dickens (des maisons en brique en série, noir comme si l'on s'y chauffait encore au charbon, une bicyclette qui traîne avec les poubelles), des immeubles en carton ondulé :


Claqués, deux heures avant de prendre le train, nous nous sommes posés chez Peyton and Byrne dans la galerie de King Cross. Comme Palpatine veut toujours faire ce-qu'il-faut-faire et que L. a bon goût, il a pris un fairycake (cupcake au nom duquel on a donné un coup de baguette magique) et, choix inopiné, en pensant fort à Inci pour ce nouvel usage du lemon curd, j'ai dégusté un délicieux lemon and poppy cake. C'était le met de la fin.

V&A pour cette fois

Le Victoria & Albert Museum n'est pas un musée que l'on visite pour ce qu'il contient (même si je ne dis jamais non à la sensualité d'un Rodin, serait-il difficile de savoir auquel des deux personnages appartient une main) mais pour lui-même. Je ne parle pas tant d'architecture (dont je peine encore à comprendre et apprécier l'art), que de l'accumulation de collections hétéroclites : statues, ferroneries, fragments colossaux de monuments reconstruits, vêtements anciens, costumes, salon de musique importé d'un château démoli, robe ketchup ou sièges design vieillots. On y trouve même une barre de danse à laquelle j'ai rejoint une visiteuse asiatique pour un happening improbable, futile et réjouissant. Nous avons échangé nos adresses mails, peut-être plus pour parfaire le moment que pour réellement s'écrire ; je ne sais déjà plus où elle se trouve dans mes affaires.

Après ces pas de danse, j'ai parcouru les salles au pas de course avec Palpatine pour guide. Si vous n'êtes pas amateur de beaux-arts et d'artisanat, c'est ainsi que je vous recommanderais de visiter ce musée, pour qu'il reste agréablement surprenant. La suggestion du chef : ajouter quelques traits de dérision et se lancer dans un safari photo.


La religion peut nuire à la santé.
À pratiquer avec protections.

 

N'admirez que la grandeur (le sentiment religieux des églises tient avant tout à la démesure de leur architecture - et le même effet peut être obtenu dans un semblable temple laïc) et ne culpablisez pas de ne pas contempler : il s'agit de reproductions à l'origine destinées aux étudiants des beaux-arts. Si vous aviez l'échelle, vous verriez qu'on ne s'est pas moqué d'eux et qu'on n'a pas mégoté sur le matériau - à ce demander si la voyage en Italie et autres n'aurait pas été plus rentable.  

 

Il est venu le temps des cathédraaaaaaleuh pixels,
le monde est entrééééé dans un nouveau millénaire.

 

Et pour vous achever
(demandez donc à la statue d'à côté) :

 

La qualité des photos est vraiment pourave, mais c'est le problème du gigantisme de pixel : il est très difficile de réduire proprement un mammouth. Si vous avez des suggestions de logiciels ou autre...

14 février 2011

Je vois, je vois... un geek sous l'élégant, des identités avec lesquelles jongler

 

À Camden Market, ex-repère de punks devenu le refuge de toutes les bizarreries vestimentaires, j'ai vu Palpatine, celui-là même qui la veille essayait un haut-de-forme, à présent coiffé d'une casquette gavroche, portant un manteau bien coupé et un sac Dunhill à la main (avec un vrai sac Dunhill à l'intérieur, et j'ai dû le lui rappeler lorsqu'il se désolait que le sac en papier cartonné se soit abimé), je l'ai vu s'écarter du main stream de la foule, se diriger et entrer dans une boutique de jonglerie où le vendeur avait des écarteurs aux oreilles et un sweat avec une énorme poche kangourou pour loger plein de balles de toutes les couleurs. Mais celle qu'il avait en tête, c'était une boule transparente de madame Irma qui aurait rétréci au lavage de cerveau pour qu'on puisse jongler avec. Enfin jongler... la manipuler, plutôt. Entre les doigts agiles du vendeur, sa transparence la fait sembler en lévitation. Lorsque j'essaye, c'est tout de suite moins glorieux ; je suis surprise par le poids et vérifie un certain nombre de fois que la boule n'a rien de la fragilité de sa cousine de voyance. Palpatine hésite, on traîne un certain temps, je poursuis mon initiation avec une balle bleue plus légère qui ne risque pas de me briser les phalanges quand je tente de la faire sauter du bout des doigts sur le plat de la (même) main. Et puis une fois qu'on s'est bien amusé, qu'on a appris we'de better practice on a bed pour ne pas rayer la boule, qu'il ne faut pas la laisser traîner parce que l'effet loupe (« lens », je fais répéter au vendeur, je croyais que c'était réservé aux lentilles de contact) pourrait faire prendre feu, que j'ai failli tuer quelques clients de mes essais aventureux, que la chance du débutant refluait, et que je pensais qu'il était temps de libérer le vendeur pour d'autres clients, portés sur les massues, Palpatine qui semblait pourtant s'être résigné à l'indécision et observait mes essais une autre boule immobilisée entre ses mains timides, regrettant déjà un peu d'être raisonnable, a décrété qu'il la prenait. J'étais surprise et contente comme une gamine devant un adulte qui décide pour une fois de ne pas être sage. Je suis maintenant curieuse de voir quand il s'entraînera au maniement de la chose (et donc si il y touchera).