Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 février 2017

Swan fake

J'ai survécu à mon troisième Wagner, 3h30 d'opéra avec moins du double de sommeil.

De temps à autres, je me suis demandée ce que je faisais là. Chaque tentative de réponse s'est soldée par un renvoi de la question dans le passé, plus ou moins immédiat : parce que je suis là depuis un moment, et que je veux maintenant connaître la suite, clore un tout. (Pourquoi diable suis-je là depuis un moment ?) Parce que Tristan und Isolde était aveuglant de vérité. Parce que, lors de l'introduction de Siegfried, j'avais eu l'impression que le Loch Ness allait surgir de la fosse d'orchestre. Mais rien ne sort de l'introduction de Lohengrin, si ce n'est la frustration de trouver moche le son des cordes en sourdine. Je me demande ce que je fais là, à attendre que ça se déroule, que ça aille. Est-ce qu'après tout, je n'en reviendrais pas au point de départ, i.e. à Palpatine qui m'avait soumis à un test date avec Wozzeck ? Continuerais-je à aller à l'opéra par habitude et pour (me) plaire ou confonds-je dans ma fatigue cause et finalité ?

La représentation n'est pas désagréable, loin s'en faut. Rien de la laideur de mon Siegfried d'initiation. Le décor de Christian Schmidt est même canon, avec ses trois étages de coursives boisées où circulent le peuple de Brabante, les héros, les trompettes et les soldats. Il est tellement canon, en fait, que le metteur en scène a décidé de ne pas en changer de tout le spectacle : les lumières (d'Olaf Winter) se chargent de le métamorphoser doucement en balcons, stèles de tribunal, étages d'apparat, prison ou paquebot. Seul l'espace central connaît des changement de décor - souvent d'accessoires, en réalité, sauf au dernier acte où l'on nous plante en plein marais, conduisant Lohengrin à tuer Telramund à coup de pagaie (toute la salle a pouffé).

Tout cela est bien et beau, mais on a tout de même moins l'impression d'une mise en scène que d'une version de concert dans de splendides décors. Hormis le passage d'un Icare amputé d'une aile (de cygne) au charisme de fantôme-qui-ne-hante-pas, la mise en espace et le jeu des chanteurs n'apportent pas grand-chose. Sauf parfois de la perplexité, comme lorsque le héros apparaît glorieusement… affalé par terre comme un ivrogne, pieds nus et fesses face au public dans des frusques froissées (en guise d'armure). Je ne suis pas certaine que la tradition littéraire du mendiant divin justifie une telle déchéance. Ainsi attifé, avec l'embonpoint du chanteur, ce Noé bourré m'a surtout fait penser à l'inspecteur de Ma loute… autant vous dire que ce n'était pas gagné et qu'il fallait bien la voix de Stuart Skelton pour compenser. C'est un miracle d'ailleurs qu'il ne l'ait pas perdue dans un rhume carabiné, tant la mise en scène s'acharne à faire choper la crève à son ténor, va-nu-pieds contraint de patauger dans un marais pendant tout un acte (après avoir envoyé valser les chaussures que le mariage lui avait enfin autorisé)(Palpatine a failli faire une attaque en voyant la paire de souliers vernis voler dans les airs et dans les herbes).

La transposition dans un passé dix-neuvième à haut-de-forme, très esthétique, évite probablement le kitsch moyenâgeux, mais liquide en même temps le merveilleux de la légende (dont on ne saurait entièrement se passer, en témoignent les épées-croix chrétiennes qui font toujours leur petit effet). Le symbolique tout entier réfugié dans les mots perd de son éclat et l'on est de moins en moins à même de suspendre son incrédulité. Sans la mystique (encombrante pour notre société qui se veut rationnelle), la légende n'est que bizarrerie. On ne peut s'empêcher alors de relever ce qui se donne comme incohérence : la volonté divine pas fondamentalement différente de la magie pourtant perçue comme tricherie ; la charité chrétienne désordonnée ('puisque tu l'as tué, Dieu le punira' - wait, what ?) ; ou encore Lohengrin claironnant qu'il a un secret qu'il ne faut surtout pas lui arracher (alors que s'il ne voulait pas être démasqué, il suffisait de se présenter sous un nom d'emprunt). Sans croyance, le peuple ne se range plus aux côtés de son maître local ou du héros divin, il approuve le dernier qui a parlé et renchérit dans l'accusation.

Et pourtant, ça fonctionne, la légende opère. Par la musique, pour laquelle on vient et qui œuvre pour ainsi dire en sous-main. Sans avoir fait l'effort de rien mémoriser, sans s'en rendre compte, on chantonne une mesure ou deux à l'entracte. On se surprend également à attendre la révélation finale (à demi-spoilée par le titre de l'opéra, certes) et pas uniquement parce qu'il est 23h15, qu'on aimerait bien aller se coucher et que le héros prend son temps, comme un présentateur de télé-réalité pour annoncer le candidat après la dernière coupure pub que voilà. Il y a quelque chose d'humain trop humain qui se joue là, notamment dans le désir d'Elsa de savoir, de connaître le secret de Lohengrin qui, elle le craint, mettra fin à sa félicité alors que c'est précisément sa crainte qui fait advenir une prophétie auto-réalisatrice. Ce désir résonne d'une drôle de manière lorsqu'on a assisté au Château de Barbe-bleu peu de temps avant… (Toujours une femme, on ne s'est pas encore débarrassé d'Ève.) Et en retrait, plus touchant encore d'être tombé dans le mauvais camp, il y a Telramund, qui croit sa femme, croit en Dieu et en l'honneur - et tout ceci combiné : en la vengeance (Tomasz Konieczny était souffrant, mais je le soupçonne de l'avoir annoncé pour se faire encore plus applaudir, parce qu'on n'y a vu que du tout feu tout flamme). Finalement, Lohengrin en lui-même est bien peu intéressant ; on lui sait seulement gré d'exister pour faire prendre l'intrigue et remuer les passions. Processus plus que personnage en un certain sens. Et peut-être est-ce finalement ce que je fais là (même si je ne sais toujours pas dire si j'ai aimé ou pas) : suivre ce processus, pour ce qui sourd et ne se dit pas, s'entend seulement.

Et raconter des bêtises en mettant les pieds (de balletomane) dans le plat (des lyricomanes).

 

Écrire un commentaire