Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06 février 2017

Veuve de

Jackie n'est pas la petite histoire qui ferait pendant à la grande. À vrai dire, le film ne raconte aucune histoire. S'il est situé après l'assassinat de John Kennedy, c'est comme en un lieu, un non-lieu où l'on erre en compagnie de sa veuve, qui tente de se (dé)dire en flash-back à un journaliste. Chroniquette garantie sans spoiler, pour la simple et bonne raison qu'il n'y a rien à spoiler.

Avantage de la non-histoire : pas de relecture grandiloquente, pas de voyeurisme. Vous vous attendiez à ce que je pleure ? nous apostrophe Jackie-Natalie. Le journaliste de répondre que non, sa crainte n'était pas les larmes mais l'hagiographie, là aussi évitée. Il n'est pour ainsi dire pas question du président ou plutôt il n'est question que de cela : sa fonction, comme vidée à la petite cuillère de toute incarnation (la scène où elle est le plus incarnée est paradoxalement celle où il vient de perdre la vie). Alors qu'en adoptant le point de vue de sa veuve, on s'attendait à quelque chose d'un peu intime, où l'Histoire ferait loupe sur les sentiments humains trop humains du deuil, il n'est question que de ce qu'il convient ou non de faire pour sa mémoire, son enterrement et, au second plan, la passation de pouvoir… sans pour autant qu'il soit jamais vraiment question de politique. Il n'est question de : rien. Le prêtre auquel se confie-confronte Jackie coupe court à tout désir d'épiphanie : il n'y a pas de réponse. 42. On le découvre tôt ou tard : soit on se tue, soit on l'accepte et on continue de vivre. Pablo Larrain continue de réaliser. Mais il a si bien fait le deuil de la réponse qu'il ne pose pas même de question.

Du coup, une heure quarante, c'est un peu long. Malgré le tailleur rose et sang de Jackie, le film languit dans une sorte de ouate blanche. On erre dans la maison blanche, blanche, blanche comme la stupeur et l'hébétement. Il ne se passe rien (tout s'est déjà passé) : c'est là la pertinence du film… et sa grande faiblesse. Les images se succèdent, sans plus de pulsation, à l'image (oui) de la vie brisée de Jackie, qui va de l'avant pour n'aller nulle part. Il n'y a plus que Natalie Portman à l'écran, sa bouche qui hésite à se tordre, son sourcil qui se lève, ses yeux rougis et ses bras maigres, bizarrement tenus, contraints à être ballants, comme si l'actrice était prise dans le corps de celle qu'elle est tenue d'incarner. Sa parole, elle aussi, est dans tous les sens du terme empruntée**, et dans cette opération d'aliénation, je finis par ne plus voir que la coupe de cheveux monstrueuse de l'ex-première dame : Mars Attacks! à la maison blanche.

* Les seules scènes mordantes sont celles de l'interview, comme par hasard sur-représentées dans la bande-annonce.
** Les scènes du documentaire pour la TV en deviennent un brin crispantes…

Écrire un commentaire