Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 novembre 2016

Britten sans Bostridge

Ma rentrée a été tardive, cette année, pour l'Orchestre de Paris. Je retrouve mes chères têtes blondes brunes châtain poivre et sel, et relève quelques innovations capillaires depuis le dixième rang où je me suis replacée - avec Palpatine et sans vergogne : les premiers rangs du parterre constituent un petit enclos qui seul mérite les louanges que l'on a pu faire de la Philharmonie. Parfait pour apprécier Britten.

Four Sea Interludes, deux images en coupe : la harpe qui scintille en surface, pénètre comme un rayon de soleil la masse claire des violons et des altos et s'amenuise jusqu'aux profondeurs assombries des contrebasses ; et le mur d'eau qui se dresse dans la tempête devant nous et qui soudain, au moment où il devrait s'abattre sur nous, est retenu par l'immense vitre du "quatrième mur" - la mer muée en un gigantesque aquarium, lui-même écran d'attraction type Futuroscope.

Sérénade pour ténor solo, cor et orchestre. La partie du cor, splendide, évoque des mers des territoires lointains, pas si lointains, trois ans, Aix-en-Provence, une certaine soirée. Sur "every night and all", j'en suis certaine : c'est sur ce morceau que je suis tombée amoureuse de Ian Bostridge. Forcément, Mark Padmore n'est pas Ian Bostridge ; c'est même son principal défaut, parce qu'autrement, il faut bien admettre que c'est quand même très beau…

La seconde partie de soirée est un cran en dessous. Ni Roméo ni Juliette ne réussiront à me sortir de la torpeur dans laquelle me plonge Berlioz avec sa suite orchestrale. La musique ne va jamais là où on peut le supposer, sans pour autant nous emporter ailleurs ; à ne pas aller au bout de la dynamique qu'elle amorce, elle ressemble au prétendant indécis dont m'a parlé une amie, promptement reparti du dîner auquel il l'avait pourtant conviée avec insistance.

Pensées inavouables…
… pour les mélomanes : le tout début de la suite de Berlioz m'a semblé un accord avorté de Tristan et Yseult.
… tout court : Daniel Harding, que je me représentais façon Owen dans Grey's Anatomy avant de le voir m'a fait penser à… Dany Boon.

Écrire un commentaire