Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 mai 2017

Rodin, lorsque la sculpture surgit

À un extrémité, il y a la matière informe : le bloc de marbre ; à l'autre, la forme achevée de l'académisme. Quelque part entre les deux, l’œuvre de Rodin, qui n'aura de cesse de rétrocéder vers la matière. La finition académique efface la trace du surgissement ; il efface cet effacement, et le premier s'autorise à ne pas dégager entièrement ses sculptures de la matière dont elles procèdent. Les cheveux d'une naïade coulent dans le marbre. Les amants y fusionnent. Ses sculptures sont de moins en moins achevées, sans mains, sans bras, sans tête… qu'importe d'achever quand tout est déjà là, dans la tension d'un dos, dans l'affleurement d'un muscle, le mouvement déjà pris ? Le guide insiste en nous montrant une sculpture sans tête aux jambes écartées : le grumeleux du ventre a choqué autant sinon plus que la vulve exposée. 

Je n'ai pas réussi à en retrouver trace sur Wikipédia ou ailleurs (parce que j'ai mal compris ou que j'orthographie mal ?), mais on parlerait de morbides pour désigner ainsi en art la vie qui prend forme, indépendamment de toute fonction narrative. Un torse peut alors suffire ; ce n'est plus un bout de corps amputé de son histoire, d'un bras victorieux ou d'une tête songeuse, mais un tout qui déjà dit vivre (le guide est pour cette raison sceptique sur le rapprochement de Rodin et des sculpteurs expressionnistes : quoique déformés, les corps exposés sont effectivement entiers, engagés tout entier dans l'être, le cri ou le désespoir).

Guide génial* qui ne nous encombre pas de détails historiques et de genèse, mais navigue dans les salles du Grand Palais comme dans l'histoire de l'art. La position des jambes tendues l'une devant l'autre vient d'un modèle non professionnel, un paysan que Rodin a fait poser et qui, sans savoir comment se tenir, s'est spontanément tenu ainsi ; oui mais, l'intéressant est que Rodin a fait de cette position celle récurrente d'un homme qui marche, tout en sachant pertinemment que c'est anatomiquement faux, qu'à aucun moment de la marche on n'a les deux jambes tendues. Rodin récupère tout, reprend tout. Il ne casse d'ailleurs pas les moules qui garantissent un tirage en édition limité. Il reprend jusqu'à l'épure, jusqu'à ce que l'on voit le mouvement surgir de la matière, comme ces bonnes femmes-fées blanches qui surgissent de poteries en terre dans l'avant-dernière salle de l'exposition. Je ne les avais jamais vues ; je les adore ; la fée dégueule de la potiche, la potiche dégueule la fée, tube de dentifrice joyeusement pressé. En quelque sorte la version humoristique de sculptures autrement sensuelles. Le corps qui surgit du marbre sans s'en détacher, c'est l'érotisme d'une caresse qui n'abolit pas le corps, le parcourt sans cesse, sans le cerner ni s'en lasser. C'est là et ça échappe. Je voudrais parcourir les dos, sentir le chapelet de vertèbres sous ma main, les omoplates qui respirent, suivre en aveugle le braille des cheveux, la courbe d'une épaule, attraper les mains immenses et les masser, chaque phalange, doigts écartés, recommencer.

D'autres sculptures d'autres sculpteurs exposent l'héritage de Rodin. On trouve notamment plusieurs Giacometti, qui me fascinent surtout par l'admiration que Simone de Beauvoir leur manifeste dans ses lettres et mémoires, quand je ne vois rien dans ces grandes silhouettes fil de fer. Les silhouettes poursuivent l'épure, dans la position même du marcheur de Rodin, deux pieds-bots fichés, synthèse oxymorique mais nécessaire d'un mouvement statique, de ce qui persiste. Une ronde de trois silhouettes, trois ombres qui trônaient sur la porte de l'enfer. Les liens se tissent, l'histoire se fait, la forme se défait. Le guide rappelle que l'art est aussi le miroir d'une époque, et que l'informe est d'abord une réaction à l'art embrigadé, la dégénérescence revendiquée face au réalisme socialiste et à l'académisme aryen. On remonte alors à Rodin comme au point de bascule, entre l'académisme réifié qui ne parle plus et l'informe contemporain qui ne (me) parle pas (encore). Peut-être me parlera-t-il un jour. Dans la dernière salle, caverne d'Ali Baba selon le guide, dépotoir s'il n'avait été là, le guide me fait entendre des bruissements de ce fonds dont les artistes contemporains semblent ne plus rien vouloir faire émerger et dans lequel il nous faut plonger pour apprendre à distinguer en tâtonnant un étron pondu à l'aveugle du chaos d'un tas de ferraille d'où émerge une silhouette humaine (comme pour le tableau Désir de Magritte, on peut ne pas voir, mais on ne peut plus ne plus voir une fois qu'on a vu).

Paul Bernard-Nouraud. La mini-bio explique beaucoup de choses : le look école de commerce et la transversalité made in EHESS.

Écrire un commentaire