Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21 janvier 2017

Aperçu, assez vu

Tânia Carvalho. Hé, mais c'est elle qui avait chorégraphié Xylographie présentée par le ballet de l'Opéra de Lyon ! Ni une ni deux, place ajoutée à l'abonnement. Sauf que. C'est un peu le syndrôme Pina Bausch avec l'Opéra de Paris versus sa propre troupe. On n'aurait pas dû.

Aperçu - 5 Room Puzzle, pour deux danseurs et un totem disco à masque et poils rouges, ressasse lassablement les mêmes phrases chorégraphiques. Les petits menés genoux pliés et dos voûté sont bien tentés, mais les postures tarabiscotées ne suffisent pas. On dirait du Cunningham sorti rabougri de la machine à laver - avec la capacité émotionnelle d'une petite cuillère, donc. Inintéressant au point que c'en est fascinant. Quant à la bande son de Diogo Alvim, avec ses crissements de pneu et son voisin du dessus qui déménage, elle me ferait presque regretter John Cage. Alors qu'on prie pour trouver la sortie du parking, notre voisin de derrière laisse échapper un long putain soupiré, qui met le feu au poudre et marque la reconversion du spectacle en séance d'abdominaux sous cape. Je perds définitivement Palpatine lorsque le totem rouge s'effondre en mode Swiffer en fond de la scène.

Le spectacle rejoint direct le bottom 3 de mes worst expériences scéniques ever. Reste à décider s'il se place avant ou après le lapin qui crissait des pieds, allongé en avant-scène. Le principal mérite de la soirée aura été de nous faire découvrir la salle du centre Pompidou, à la scène de belle taille et aux fauteuils fort confortables.

 

Commentaires

C'est un peu le pb avec cette excellente troupe. Les programmes proposés hors les murs sont parfois... insupportables.
Le dernier vu en date (progr Cunningham/Child que tu as dû voir) était bien, mais j'en ai vus de terribles... terriblement foutage de gu..., je veux dire

Écrit par : alena | 21 janvier 2017

Ce n'était pas le ballet de l'Opéra de Lyon, mais les danseurs de la chorégraphe, justement !

Écrit par : la souris | 03 février 2017

Écrire un commentaire