Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 octobre 2016

Amazone

Lorsque JoPrincesse m'a entraînée au vernissage de l'exposition photo de Matthew Brookes, je suis tombée sur une fille du cours de danse. En moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, je me suis retrouvée avec un flyers entre les mains pour son prochain spectacle, découvrant par la même occasion qu'elle était professeur et chorégraphe. Partagée entre le stalking et la prise de renseignements, je fais un tour sur son site internet et découvre ses clips vidéos (outre son origine, kazakhe, qui explique qu'elle ait des traits asiatiques et parle russe)(je suis plus douée en Berthillon qu'en Bertillon). Le trip classique-ethnique n'est pas forcément ma came, mais il faut avouer que c'est plutôt stylé - surtout que je connais son niveau, assez similaire au mien. Y'a pas à dire, elle sait se mettre en valeur et vendre son truc, adroitement étiqueté sous le nom d'ethnoballet.

J'ai assisté à son Amazone, mais pour être honnête, ce n'est pas vraiment un spectacle que je suis allée voir. Je suis allée voir ce que ça faisait de se donner les moyens de, d'aller au bout du truc en sachant que le rendu ne pourrait pas être pro, pas parfait, pas à l'envergure envisagée, pas à la mesure des efforts et des tripes engagées ; mais là néanmoins. Je suis allée voir ce que j'ai offert-infligé à ma famille et à mes amis à l'époque où on montait des spectacles avec un groupe d'amie, des anciennes du conservatoire et d'autres, un groupe qui s'est étiolé quand les ventres se sont arrondis (presque tous en même temps !) et que les envies ont divergé, entre le gala d'école sans ambition et le pari artistique prétentieux… Je suis allée voir si j'avais eu tort ou raison de lâcher l'affaire, par choix, par perfectionnisme ou par paresse. (Tenter de répondre à la question : peut-on faire petit sans faire mesquin ?) 

Sans savoir si je venais plus pour stalker ou pour soutenir le projet, je me suis retrouvée dans la plus petite salle où j'ai jamais mis les pieds (même le théâtre où j'ai passé l'épreuve artistique de danse au bac était plus grande que cela) : quatre, cinq rangs, aucun recul pour la vingtaine de personnes que nous sommes dans le public et très peu d'espace sur scène pour les quatre danseuses. Malgré ça, malgré les déplacements limités, malgré les maladresses, malgré les costumes cheap (ringraves trop visibles, leggings qui plissent, marque masquée au scotch noir…), malgré mon envie et mon dédain, il se passe un truc. Peut-être parce que Vivaldi me rappelle à mes propres essais. Mais plus sûrement parce que le truc est dansé avec les tripes. Avec application aussi, parfois, dans les jambes (elles sont manifestement d'une formation plus contemporaine que classique), mais toujours avec détermination dans les gestes et le regard. Et putain ce n'est pas facile de projeter son regard lorsqu'il n'y a que cinq rangs et que les projecteurs ne vous protègent pas des spectateurs, que vous les voyez vous regarder, et que vous les connaissez, de surcroît, pour certains.

Peu importent leurs traits, les quatre danseuses sont toutes belles ; elles ont toutes de la gueule, chacune avec sa présence : Habi Diabagate, guerrière tranquille ; Maria Danilova, une force muette, intériorisée (qui m'a fait penser à la sœur de Palpatine) ; Florence Prévoteau, vive et volontaire (là, j'ai pensé à son ex…) et Dana Mussa tranchante jusqu'à la rétroversion des coudes, la sœur-reine-mère des trois autres. Si certains passages-remplissage(-saturation d'espace ?) auraient tendance à me faire parler de choré plutôt que de chorégraphie, il faudrait me reprendre et rappeler les belles trouvailles de mains, de tressaillements, de tremblements… Tout de même, près d'une heure de danse ! J'ai même pensé à Penthésilée (peut-être aussi parce qu'elle était mentionnée par une voix off en introduction, ok).

Alors, c'est sûr, ce n'était pas The Season's Canon. Mais à quatre danseuses, la mini-troupe réussit à rappeler que l'essentiel de la danse se situe en-deçà de la technique, dans le corps de celui qui aime et qui fait aimer. Amateur, donc. J'étais un peu gênée, à la fin, que nos applaudissements nous ramènent à la taille riquiqui de la salle, à tout ce qui étrique les rêves et restreint nos vies, alors j'ai souris aussi, un peu comme Gaspard Ulliel, juste la fin du monde.

Commentaires

Je ne sais pas si le pseudo "Koan" te dit encore quelque chose (ou quelqu'un) mais je suis bien lui ! :)

Il y a facebook qui est passé par là et loin le temps des délires entre blogs.
Garde le mouvement: je garde bien le mien.

Écrit par : koan | 19 octobre 2016

Bien sûr que oui ! Cela fait une éternité…
Amusant que tu resurgisses maintenant : je suis tombée il y a quelques jours sur un de tes anciens commentaires en cherchant la trace d'une chroniquette.
Eh oui, loin le temps des délires entre blogs. J'en ai un peu la nostalgie parfois, même si je m'amuse bien sur Twitter (toujours pas de compte Facebook, en revanche)(garder le mouvement oui, mais le sien).

Écrit par : la souris | 21 octobre 2016

Écrire un commentaire