Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 septembre 2016

À la barre, à la dérive


« Tu ne trouves pas que ça marche bien chimiquement entre nous ?
- En fait, tu me fais peur. Tu as le sens du drame anormalement développé. »

La deuxième fois que j'ai entendu cette réplique lors des bande-annonces, j'ai décidé qu'il fallait que j'aille voir Victoria, malgré la scène de mariage un peu beauf inclus dans le package… qui s'est avérée fort drôle, car faisant pendant à des théories scientifico-métaphysiques rébarbatives : Victoria (qu'on ne sait si on doit mettre en italiques ou non) se trouve coincée entre un égal refus du divertissement décérébré et de l’intellectualisme austère, à l'image de son actrice, Virginie Efira.

J'avais été très surprise de découvrir au détour d'une interview que cette bouille télévisuelle semblait être une tête, et avec de la gueule, de surcroît. Depuis, j'ai une sorte de tendresse admirative pour cette femme handicapée par son physique de poupée, et mon a priori positif s'est trouvé conforté par son rôle de sainte-nitouche-qui-dépote dans Elle. L'ironie lui colle à la peau et c'est ce qui, dans Victoria, rend son personnage si drôle et attachant – ni frêle avocate à fleur de peau comme pouvait l'être Anaïs Demoustier dans À trois, on y va, ni caricature justicière et peroxydée façon Legally Blonde.

« Pute du barreau » (selon les dires de son ex-mari versé dans l'auto-fiction) et mère dépressive, l'avocate est dépassée par les événements, secondée par un ex-client (Vincent Lacoste) condamné pour stup' et engagé comme jeune homme au pair (décision dont l'irrationalité est tempérée par l'appel à la barre d'un dalmatien, comme témoin d'un de ses procès). C'est assez barré pour que l'abattement dépressif se révèle à la juste distance comique. Le rire ne naît pas de gags, contrairement à ce que le rythme de la bande-annonce pourrait laisser croire, mais de ce qu'ils sont continuellement avortés. Il y a toujours un temps en trop, un temps vide, un pas de côté, et c'est de ce décalage-là, peu à peu, que le rire émerge, sans éclat. À côté, en plein dedans. (Le mille, les emmerdes…)

Au final, Victoria est un VDM aux chutes qu'on ne peut s'empêcher de relever, comme, par exemple, lorsque la femme qui accuse son client la supplie de ne pas prendre le parti de « ce misogyne » et qu'elle rétorque très finement : « Ce qui est misogyne, c'est de penser que la femme est une victime par défaut. Je ne suis pas misogyne, je suis désolée. » Ou plutôt : « Je ne suis pas misogyne, je suis désolée » – à la fois état d'être profond et formule de qui s'en lave les mains. Tout Victoria. Certaines n'ont vraiment pas à s'excuser de ce qu'elles font… (Virginie, Justine : j'espère que vous m'entendez.)

Écrire un commentaire